La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Et toi, qui es-tu dans tout ça ?

Si l'une de vos passions sur P12 est de parcourir les Pensines de certains pédouziens, vous avez peut-être remarqué que la majorité des histoires de nos personnages sont sombres, tristes et tourmentées. Allant d'une histoire tragique avec la perte d'un membre de la famille, un intérêt trop poussé pour la magie noire qui tourne mal, une particularité qui pèse sur l'esprit du personnage, un amour impossible... les possibilités sont nombreuses, et rythment une grande partie des RPG présents dans le MoMa.

Pourquoi ? Est-ce que c'est parce que c'est plus intéressant à jouer ? Parce qu'on a envie de laisser tomber nos propres problèmes pour se pencher sur la vie de notre personnage différemment compliquée ? Peut-être que, dans ce cas, inconsciemment, on se rend compte qu'il y a toujours pire que notre situation IRL actuelle ? Ou alors on s'inspire de nos tristes vies pour créer un personnage cohérent ? Parce qu'après tout, comment jouer la mort si on ne l'a pas côtoyée ? Ou comment jouer le doute, la déception, ou une pure tristesse si notre vie n'est que joie et paillettes ?

Je vous l'accorde, ça fait beaucoup de questions sans réponses, parce qu'il n'y en a pas, chacun a un rapport différent à son personnage, et à sa plume, et chacun a sa propre justification. À titre personnel, j'ai beaucoup plus de mal à jouer un personnage dit heureux et sans souci. Ce n'est pas un problème d'inspiration, mais simplement de ressenti. Comment écrire quelque chose qui peut parfois nous paraître plus éphémère ? Alors que beaucoup d'entre nous affirmeront parvenir à écrire bien plus facilement sous la tristesse, le doute, la déception, etc.

C'est véridique, et c'est personnellement mon cas. Bien que je déteste cette idée puisqu'elle oblige à prendre conscience d'un problème, ça fait du bien en quelque sorte, de se laisser aller dans ses écrits, peu importe son sujet, simplement pour apposer par sa plume quelques mots embrouillant nos pensées déjà torturées, ou pour extérioriser purement et simplement ce qui nous tracasse. Tout aussi utile que crier ou pleurer - sans déranger le monde autour de nous c'est pas plus mal -, écrire semble presque emprisonner quelques émotions, qu'elles soient totalement éphémères ou non, pour nous permettre de nous en libérer, sans pour autant qu'elles ne s'envolent purement et simplement, ce papier aux quelques mots se chargeant de nous rappeler que ce qui a été écrit l'a été dans un temps ou il fut difficile de se relever. Et que parfois, l'écriture aide beaucoup.

Il n'est pas nécessaire d'écrire exactement ce qui nous ronge de l'intérieur comme dans un journal intime - les vrais savent que c'est difficile de le laisser à porter de vue quand on a des frères et sœurs - bien au contraire, pour certains c'est un exercice bien trop difficile qui demande une trop grande force mentale. Pour ces personnes, l'écriture n'est pas proscrite, et qu'elle ne concerne notre personnage, une histoire qui pourrait mener à un projet d'édition, ou dans le vent, l'écriture aide, les mots aident et ne sont pas à oublier. C'est là que nos personnages entrent en jeu je suppose.

À l'inverse de tout ce blabla mélodramatique, jouer un personnage ravi d'être à Poudlard, à l'histoire simple et agréable, aux problèmes qui tournent autour d'une plume perdue, ou d'un parchemin volé n'est-il pas censé davantage nous permettre d'oublier un instant les problèmes de nos vies ? Ce ne serait pas un peu mieux pour oublier quelques instants, et arrêter de se prendre la tête sur tout en se focalisant sur quelques péripéties qu'un élève basique de deuxième année pourrait rencontrer dans un monde magique si beau ?

Bonnes questions hein. Vous avez quatre heures.

 

Partager : Partage

Commentaires

1. Le 2 nov. 2021, par Eloïse

C'est vrai que si on regarde l'histoire des personnages de P12, elles sont pour la plupart très sombres, la mienne y compris. Personnellement, je trouve que c'est plus facile pour écrire car on a plus de choses à travailler dans l'histoire de notre personnage, les rencontres, etc. Si le personnage se porte bien, sans arrêt, qu'il n'a jamais de problèmes, est-ce intéressant pour lui de développer son histoire ? Peut-être, mais pour la plupart, il est plus facile de construire un récit en partant d'un passé sombre et de le faire évoluer par la suite dans le bon sens (qu'il s'en sorte) ou bien de le faire sombrer.

2. Le 2 nov. 2021, par Hopichou

Je rejoins Éloïse dans ses propos. C'est vrai que c'est plus "simple" de partir d'une base sombre et de la faire évoluer, que ce soit dans le bon ou le mauvais sens. On se dit qu'on aura plus de choses à raconter, que ce sera moins "ennuyeux" qu'une histoire lambda où ton personnage vit dans le monde des bisounours toute sa vie, mais au fond il faut arriver à rester cohérent dans ce qu'on veux créer et ça c'est parfois compliqué ahah

3. Le 19 nov. 2021, par Hazel

Je rejoins mes deux commentatrices du dessus, même si pour ma part la base n'est pas de base sombre elle le deviens pour mieux être refoulée, la noirceur à de l'attraits et de l'intérêt pour beaucoup elle peux permettre d'accorder un peu de profondeur à nos personnages, qu'il en soit utilisateur ou victime hihihi

4. Le 20 nov. 2021, par Lys

Les filles ont totalement raison.

L'histoire de Lys est assez sombre aussi. Ca fait plus "stylé" d'avoir un personnage avec un lourd passé. C'est plus simple à écrire souvent. Mais c'est vrai que ça fait que la MoMa est remplis de rpg assez semblables ce qui est dommage.

© 2009-2024 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear