La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Poudlard : une histoire avec de fortes fondations

Le château avait connu bien des gens, et bien des gens avaient arpenté ses couloirs tortueux. Tout avait commencé lorsque quatres amis aussi puissants qu'étranges, s'étaient mis en tête de faire de lui la plus grande école du monde. Bien malgré lui, le château avait senti son essence changée, sa présence disparaître alors que son corps entier semblait se réveiller. 
Encore jeune, le château prenait un plaisir sadique à jouer des tours aux nouveaux arrivants comme aux anciens. Il ne se passait pas un jour sans que des cavalcades résonnent contre lui, alors que de jeunes souffles essayaient de le traverser à toute vitesse. 
Malheureusement, si le château était jeune, il n'était pas stupide. Peu à peu, il sentit des groupes d'enfants se former, des pieds martelés quatres endroits précis du château, alors que les autres devenaient témoin de batailles incessantes. Toujours plus de voix s'élevaient en son sein, jusqu'au jour où une voix s'éleva plus que toutes les autres, brûlante de colère.

 
Une voix teintée de noire et de vert, une voix sifflante, qui s'enfonça une dernière fois dans ses entrailles pour appuyer sa tête contre une autre bête sifflante. Lorsque la voix s'éteignit finalement, le château ne l'entendrait jamais plus.
Malgré sa perte, le château continua de grandir. Il ne perdit jamais vraiment son amour controversé pour les farces de mauvais goût, qu'il perpétua, quelque soit les voix qui résonnaient. 
Celles-ci changeaient en permanence, parfois plus fortes que d'autres, certaines plus noires ou porteuses de lumière, d'autres passionnées ou encore téméraires. Les voix qui se ressemblaient se regroupaient toujours dans quatres endroits différents. Le château laissa échapper un soupir, qui ébranla les murs. Il n'était pas si vaste pour ne servir qu'à quatre endroits !


Les âges passèrent, et avec eux les pas et les voix. Un jour, on cacha un joyau rouge au plus profond de son être, et le lendemain la bête sifflante était de retour. Ce n'était pas la créature la plus étrange qu'il avait abrité, puisque ses habitants allaient des araignées aux chiens sauvages des forêts du nord. Ce dernier avait d'ailleurs fait de nouveau tinter ses pas lents, maîtrisés et discrets quelques jours après. 
Puis vint le temps des batailles. De nombreuses voix moururent ce jour-là, alors que les pas se multipliaient, et que les souffles transmettaient une buée de peur dans les couloirs. 
Ce jour là, le château souffrit. Endommagé, il se replia sur lui-même, se battant pour continuer à exister dans le silence des voix absentes. 


Il sentit une présence. Celle-ci était vacillante, incertaine, mais elle continua à s'avancer vers lui. L'homme avait un parfum de couleur, une nouvelle teinte à faire porter à l'école. La plus pure de toute. Le blanc. L'homme posa un grimoire étrange contre le château, et utilisa une magie nouvelle faite de caractères runiques étranges, qu'il fit couler dans les murs du château. Ce dernier prit conscience du don, et accola en réponse un nombre derrière ce nom. Un nombre qui comptait pour le sorcier blanc, mais aussi pour tous ceux qui le suivirent dans sa folle épopée. Un jour, le sorcier blanc s'en alla, sa tâche accomplit. Mais d'autres prirent la relève. Le château s'agrandit de nouveau, se para de diverses teintes au fil des ans, accueillit de nouveaux espaces entres ces murs de pierres savantes. Il vit des rêves et fut le témoin de nouvelles batailles, recensa des dizaines de nouvelles sortes d'objets et d'âmes. Il vit des salles s'ouvrir alors que les jeunes voix affluaient de plus en plus. Il vit aussi, malheureusement, des salles se fermaient, entendit des soupirs chargés de passé alors que d'autres étaient laissés à l'abandon. 


Petit à petit, le château se sentait devenir un fort, tenu seulement par quelques voix et arpenté par quelques pieds. Certains commencèrent à douter de son histoire richissime, tandis que d'autres partaient vers de nouveaux horizons. 
Pourtant, le château savait que les cinq fondateurs lui avaient fait un présent immense. 
Pourtant, le château savait qu'il resterait dressé jusqu'à la fin. 
Tant qu'il aurait une voix à abriter et des couloirs à faire bouger. 
Tant que de jeunes âmes s'émerveilleraient. 
Tant que ses murs se dresseraient. 
Le château serait là.

Partager : Partage

Commentaires

1. Le 2 juin 2024, par Karteure

Encore un très bel article de Hermione qui, visiblement, est très inspirée par l'anniversaire de Poudlard12. Merci à toi et à ta créativité !

2. Le 2 juin 2024, par Nox De Leon

J'adooore Hermione !! J'adore cette personnalité que tu donnes au château, encore une fois j'adore l'histoire que tu nous racontes, mystérieuse à souhaits et intrigante , en mode conte de fée magnifique, ou en mode magicienne de talent, ce que tu es sans aucun doute !

3. Le 3 juin 2024, par Flyy

J'aime vraiment beaucoup ta plume, Hermione, et les magnifiques idées que tu mets en place à chaque édition. C'est génial de voir les éléments discrets mais essentiels du château mis en avant comme ça <3

4. Le 7 juin 2024, par Lisou Grat

Un article bien sympa qui mêle histoire originelle de Poudlard à celle de P12. C'était sympa de retrouver les petites allusions des premiers événements que l'on a découvert au fil de nos lectures (ou des visionnages de films).
J'espère que les voix et les pas résonneront longtemps dans ce magnifique château car s'il aime les entendre, nous aimons y traîner nos guêtres aussi.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet

© 2009-2024 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear