La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Par delà les pages

La série Harry Potter regorge de symboles. Ces objets, ces personnages, ces éléments qui peuvent nous paraître anodins à première lecture ont en fait un rôle, certes symbolique, mais qui n'en est pas moins important.


Vous l'aurez compris, cet article - et ceux qui suivront - feront une analyse de ces symboles qui parsèment les sept romans, à commencer par les quatre maisons !


Comme vous le savez sûrement, à Poudlard, les élèves sont répartis dans quatre maisons. Mais saviez-vous que cette idée n'est pas si originale ? J. K. Rowling s'est très largement inspirée de l'école de ses enfants, située juste à côté du fameux cimetière d'Edimbourg (mais si, celui où on peut trouver les tombes de McGonagall et Tom Riddle). Suivant une méthode gardée secrète pour tous ceux qui n'ont pas de lien avec l'école, les élèves sont répartis par couleurs... Idée que l'auteure s'est empressée de reprendre pour son histoire.


Le système de départ laissant place à l'imagination, Joanne a alors décidé de créer des maisons basées sur des valeurs.


Déjà, le choix du mot "maison" n'est pas anodin. Pour Harry qui n'avait jamais été le bienvenu chez les Dursley, Poudlard et Gryffondor deviennent, comme a pu le lui dire Hagrid, sa deuxième famille. Et, dès la fin du premier tome, Harry le reconnaît. Cet esprit général implique des valeurs familiales, l'entraide, la tolérance, la solidarité... Valeurs qu'on retrouve au sein du fameux Golden Trio. Coïncidence ? I think not ! jsuis trop bilingue en fait


Ainsi, ces maisons reposent sur des valeurs définies. Gryffondor prône le courage et la force, Serpentard la ruse et l'ambition, Serdaigle l'originalité et l'intelligence, et Poufsouffle valorise la gentillesse et l'intégrité.


Etrangement, ces caractéristiques sont assez ambiguës : si elles sont trop souvent appréciées chez les autres en moindre mesure, un excès de vertu est rarement positif. Trop de courage se transforme en témérité, poussant la personne à se mettre constamment en danger, tandis que l'ambition associée à la ruse prennent une connotation négative. L'originalité poussée à ses extrêmes met la personne à l'écart, et une personne trop gentille est exposée à ceux qui auraient moins de scrupules.


Quoi qu'il en soit, les idées que transmettent les quatre maisons restent les fondements de notre société. Car, comme un excès de qualités est mal perçu, il en va de même pour ceux qui en manquent. On attendra d'une personne lambda qu'elle se distingue des autres et reste fidèle à ses valeurs, tout en valorisant ceux qui se sont distingués par leurs accomplissements ou leur bravoure... Mais est-ce que compartimenter ainsi ces qualités est forcément une bonne chose ? C'est en tout cas ce que semblent prouver les Chapeauflous, qui remettent en question tout le système éducatif de Poudlard, mais aussi dénoncent d'une certaine manière la façon dont les sociétés contemporaines imposent des "cases" dans lesquelles évoluer...


Après tout, se désigner soi-même par la maison à laquelle on appartient, n'est-ce pas se complaire dans ces cases ?

 

Partager : Partage

Commentaires

1. Le Lundi 1 février 2021, 20:36 par Maela

Ohhh j'avoue que je ne savais pas tout ça ! Merci Vanille pour cet incroyable article ^^
J'ai hâte de lire la suite !

2. Le Lundi 1 février 2021, 22:07 par Martin

Mais est-ce qu'on serait pas tous un peu chapeauflou finalement ? Ou sinon on se complait à devenir le cliché de notre maison

3. Le mardi 2 février 2021, 19:26 par Astra

Mh, personnellement je ne sais pas si je serai aussi catégorique. Les élèves sont surtout envoyés dans une maison à laquelle ils correspondent le plus, cela ne veut pas dire que ce soit parfaitement le cas, d'où le fait que l'on retrouve beaucoup de profils différents en une seule maison.
Mais sinon super article *^*

4. Le Lundi 8 février 2021, 10:02 par Matka

Il me semble que le système de maisons existe dans beaucoup d'écoles anglophones (ou en tous cas, il existait dans l'école anglophone où j'étais : on était répartis par nos profs principaux après quelques mois de cours, il y avait trois maisons, celle de la créativité, celle de la méthode et celle de la persévérance, ou quelque chose comme ça, et il y avait des journées dédiées à des épreuves inter-maisons).
Je suis également d'accord avec Astra quant au fait qu'on n'est pas uniquement réparti dans une maison qui nous correspond : on est aussi réparti dans une maison dont on a besoin. Je pense notamment à Hermione et Neville, qui auraient très bien pu aller à Serdaigle et Poufsouffle respectivement, mais qui ont pu développer d'autres aspects de leur personnalité à Gryffondor.

5. Le Lundi 22 février 2021, 19:05 par Meiling Ling

Matka exprime très joliment ce que je ressens que le fait que les personnes sont réparties en fonction de là ou ils s'épanouiront le mieux. Après je pense que chacun est libre ensuite d'exprimer son choix et de changer.

Très bel article <3

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet

© 2009-2019 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear