La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 30 janvier 2021

Noirceur d'une âme

Partager : Partage

Publicité - La maladie d'amour

 

Partager : Partage

Quand deux histoires se rejoignent ...

Pour les moins catégoriques d'entre-vous - soit ceux qui n'ont pas de remontée dès qu'ils entendent parler de moldus - vous devez très certainement savoir que les sorciers ne sont pas les seuls à avoir une histoire bien fournie. Et pour cause, les moldus en ont des choses à raconter. Il est d'ailleurs possible, du moins, je vous assure que si, de rapprocher certains évènements de cette fameuse histoire moldue à notre histoire, et plus précisément à des évènements connus par Poudlard12 récemment, ou par des pédouzien ayant marqués les esprits de telle ou telle manière.


Vous avez certainement déjà entendu parler de la bataille de Waterloo, datant du 18 juin 1815, durant laquelle Napoléon Bonaparte (ou Napoléon 1er) - connu comme le premier empereur de France - est vaincu par une coalition anglo-prussienne à Waterloo, précisément cent jours après son retour de l'île d'Elbe, île sur laquelle il était exilé. Cette bataille historique peut aisément être rapprochée du grand pédouzien Artus Myrtle. Je suppose qu'il n'est pas nécessaire de le présenter à nouveau, et si quelqu'un se sent perdu, honte à lui. Imaginez donc Artus, en tant que Napoléon, après une bataille acharnée contre Bianca Gordon, ce dernier finalement vaincu par la dictatrice de l'école, se rendant alors compte du fait qu'il n'avait absolument aucune chance de la vaincre. Il était courageux, reste à voir qui d'autre tentera de la faire virer de son poste. Ainsi, si Artus finit par disparaître, inquiétez-vous d'un nouvel exil probable.

Conflit sûrement bien moins connu, se trouve être celui du nom de la querelle des Investitures, entre le pape et l'empereur, de 1075 à 1122, débuté sous le règne du pape Grégoire VII (précurseur de la réforme grégorienne, dans le même temps que la querelle des Investitures) remettant en cause le degré de pouvoir accordé à la papauté en comparaison à celle de l'Église, à travers divers affrontements, parfois violents. Finalement, ce conflit a considérablement permis d'accroître le pouvoir du pape. Cette lutte acharnée en quête de domination totale, peut être comparée à l'animation des phénix d'or, où chaque année, nombreux sont les pédouziens qui tentent de faire valoir leurs souhaits de se voir attribuer tel ou tel phénix. Ne reste plus qu'à savoir comment les nominés de cette année se battront à nouveau l'année prochaine en quête de ce pouvoir considérable.

Sans en connaître davantage sur sa propagation, tout le monde se doit d'avoir, au moins, déjà entendu parler de la peste noire de 1348, si connue pour le désastre engendré dans de nombreux pays. Cette maladie mortelle - qui touche, à l'origine, le rat, et se transmet à l'homme par la puce - débute lors d'une manifestation en Crimée lorsque des cadavres infectés sont jetés dans la ville. Ville qui contient finalement l'épidémie. Cependant, seuls quelques malades suffiront pour qu'elle se propage de la Sicile jusqu'à toute l'Europe. En plus de la violence de cette pandémie qui fit de nombreux morts, la société en elle – même fut impactée par les comportements liés à la peur, à la panique, ou encore aux incertitudes. À quoi rattacher cela ? La Gazette, bien évidemment. Un mois de préparation pour écrire quelques broutilles est largement suffisant, les rédacteurs ont donc de quoi ajouter quelques informations croustillantes, se rapprochant parfois de cette peste mortelle. Et notamment dès le début du mois avec une nouvelle édition remplie de ragots prêts à détruire des vies pédouziennes.

Davantage connu, nous pouvons maintenant évoquer le concile de Trente, concile œcuménique - c'est-à-dire universel - qui débute en 1545, et prend fin en 1563. Il se déroule en vingt-cinq sessions à Trente, en Italie, et a pour but d'exposer la pensée exemplaire à suivre, ainsi que convaincre les infidèles de ne pas se tourner vers le protestantisme. Il faut d'ailleurs savoir qu'à cette époque, le protestantisme était en plein essor avec le développement des idées de Martin Luther, ou encore de Jean Calvin. Ce concile fut le moteur de la réforme catholique, également appelée Contre-réforme. Maintenant, pensez au CA, et imaginez-les en train de mettre leurs arguments de côté, prévoyants de convaincre chaque élève du droit chemin à suivre. À l'intérieur même de cette réunion, c'est à se demander comment ils peuvent prendre des décisions lorsque Aimyli fait des blagues, Ellana parle de goûter, Lume n'arrête pas de crier, Alpha est en campagne pour Poutine et Bianca est au bord de la crise de nerf.

Pour finir, on peut évoquer la guerre du Péloponnèse, certainement peu répandue. Ce conflit, daté de 431 à 404, a opposé les deux cités bien connues de Sparte et Athènes, durant de nombreux conflits, pour des raisons ayant évoluée au fil du temps. Au cours de cette guerre, il y eut de nombreuses révoltes comme par exemple celle de Mytilène (ville de Lesbos, située en mer Égée), ou encore une épidémie à Athènes qui décima un tiers de la population de la cité. Bien évidemment, on peut rapprocher cette guerre à la coupe des quatre maisons, et plus précisément lors du rush de juin. Moment le plus incertain du combat. Il est toujours bon de rappeler à ses troupes qu'ils sont là pour se battre pour leur maison et non pour eux-mêmes. À la finalité, c'est Sparte qui est sacré vainqueur, ou Poufsouffle, en d'autres termes. Oups, comment ça, je ne suis pas censé favoriser l'une des maisons dans la Gazette ?


Alors, qui pour assurer l'inutilité de l'histoire moldue maintenant ?

Partager : Partage

Par delà les pages

La série Harry Potter regorge de symboles. Ces objets, ces personnages, ces éléments qui peuvent nous paraître anodins à première lecture ont en fait un rôle, certes symbolique, mais qui n'en est pas moins important.


Vous l'aurez compris, cet article - et ceux qui suivront - feront une analyse de ces symboles qui parsèment les sept romans, à commencer par les quatre maisons !


Comme vous le savez sûrement, à Poudlard, les élèves sont répartis dans quatre maisons. Mais saviez-vous que cette idée n'est pas si originale ? J. K. Rowling s'est très largement inspirée de l'école de ses enfants, située juste à côté du fameux cimetière d'Edimbourg (mais si, celui où on peut trouver les tombes de McGonagall et Tom Riddle). Suivant une méthode gardée secrète pour tous ceux qui n'ont pas de lien avec l'école, les élèves sont répartis par couleurs... Idée que l'auteure s'est empressée de reprendre pour son histoire.


Le système de départ laissant place à l'imagination, Joanne a alors décidé de créer des maisons basées sur des valeurs.


Déjà, le choix du mot "maison" n'est pas anodin. Pour Harry qui n'avait jamais été le bienvenu chez les Dursley, Poudlard et Gryffondor deviennent, comme a pu le lui dire Hagrid, sa deuxième famille. Et, dès la fin du premier tome, Harry le reconnaît. Cet esprit général implique des valeurs familiales, l'entraide, la tolérance, la solidarité... Valeurs qu'on retrouve au sein du fameux Golden Trio. Coïncidence ? I think not ! jsuis trop bilingue en fait


Ainsi, ces maisons reposent sur des valeurs définies. Gryffondor prône le courage et la force, Serpentard la ruse et l'ambition, Serdaigle l'originalité et l'intelligence, et Poufsouffle valorise la gentillesse et l'intégrité.


Etrangement, ces caractéristiques sont assez ambiguës : si elles sont trop souvent appréciées chez les autres en moindre mesure, un excès de vertu est rarement positif. Trop de courage se transforme en témérité, poussant la personne à se mettre constamment en danger, tandis que l'ambition associée à la ruse prennent une connotation négative. L'originalité poussée à ses extrêmes met la personne à l'écart, et une personne trop gentille est exposée à ceux qui auraient moins de scrupules.


Quoi qu'il en soit, les idées que transmettent les quatre maisons restent les fondements de notre société. Car, comme un excès de qualités est mal perçu, il en va de même pour ceux qui en manquent. On attendra d'une personne lambda qu'elle se distingue des autres et reste fidèle à ses valeurs, tout en valorisant ceux qui se sont distingués par leurs accomplissements ou leur bravoure... Mais est-ce que compartimenter ainsi ces qualités est forcément une bonne chose ? C'est en tout cas ce que semblent prouver les Chapeauflous, qui remettent en question tout le système éducatif de Poudlard, mais aussi dénoncent d'une certaine manière la façon dont les sociétés contemporaines imposent des "cases" dans lesquelles évoluer...


Après tout, se désigner soi-même par la maison à laquelle on appartient, n'est-ce pas se complaire dans ces cases ?

 

Partager : Partage

Le journal intime de la Gazette - la thérapie de groupe

 

Partager : Partage

Witchtagram

 

Partager : Partage

Dictate12: Poudlard12 et ses dictatures

Partager : Partage

Chronique des Potions : Congrès International des Potions

Le 137ème Congrès International des Potions s’est terminé mardi 26 janvier 2021, sur la place Chao Phraya de Bangkok, en Thailande. Les Maîtres Potionnistes du monde entier ont du redoubler d’ingéniosité pour ne pas attirer l’attention des moldus, préoccupés par la pandémie de coronavirus, et tous étaient soulagés de se retrouver sans encombre pour une édition qui restera dans les mémoires !

En effet, de nombreuses surprises ont parsemé les trois jours du congrès, à commencer par la nomination éclair du Colombien Manuel Lemos Riva au Prix de l’Inventeur. Même s’il n’a pas remporté le titre, le jeune potionniste de 27 ans a fait sensation avec sa création de dernière minute, terminée seulement deux semaines avant le début du congrès : la Potion d’Hypnos. Cette concoction permet d’accéder à l’inconscient d’un patient pour remonter à la source d’un traumatisme, avec un effet similaire à celui d’une séance d’hypnose, et a permis à M. Lemos Riva de faire une entrée tonitruante sur la scène internationale.

Malgré ce bel effort, le Prix de l’Inventeur a été remis à la Tanzanienne Samia Sulle, qui a changé la vie de tous les Magizoologistes en créant la Potion du Triton. Ce breuvage à base de Branchiflore permet à celui qui la boit de respirer sous l’eau pendant près de 48H, de développer des pieds et des mains palmés, mais aussi de modifier son ouïe pour mieux percevoir les modulations de la langue des êtres aquatiques. « Cette potion a déjà permis à des dizaines de spécialistes de passer près de deux jours auprès des créatures magiques qui peuplent nos lacs, rivières et autres plans d’eau, a déclaré Maître Scott Scamander. Nous avons pu observer leurs coutumes de plus près, étudier leur langue plus en détails, et nouer des relations plus amicales avec certains groupements. Je pense pouvoir affirmer que la Potion du Triton de Mme. Sulle est une des plus belles choses qui soit arrivée dans le domaine de la Magizoologie aquatique depuis le début du XXIème siècle ! »

Après ce début chargé en émotions, le Comité International des Potionnistes a accueilli dans ses rangs trois nouveaux sorciers et sorcières, qui se sont vu attribuer la plus grande distinction possible : le rang de Maître. Parmi eux, Cole Millier, un chercheur de renom, dont certains diraient qu’il aurait du recevoir ce titre il y a cinq ans déjà, et qui a vu son travail sur la Potion de Mort récompensé avec les plus grands honneurs. « Je suis honoré de devenir officiellement un Maître Potionniste, a-t-il déclaré, les larmes aux yeux. C’est un moment de réjouissance pour toute mon équipe, et j’ai hâte de les retrouver pour célébrer cela avec une bonne bouteille de Whisky Pur-Feu ! »

Mais la palme du plus beau moment de ce 137ème Congrès International des Potions revient certainement à Lisa Burgermeister et David Guyane. En effet, quand la nouvellement nommée Maître Burgermeister a accepté son nouveau titre, elle ne se doutait probablement pas qu’elle repartirait également avec une bague au doigt ! Les deux Potionnistes émérites, qui se sont rencontrés lors d’un colloque au Canada en 2017, sont désormais fiancés, et nous leur souhaitons à tous deux un mariage des plus heureux !
 
Cette chronique a été rédigée pour promouvoir la publication de nouveaux cours de Potions (Les débouchés en Potions – 5ème année et La Potion de Mort – 6ème année). Nous espérons vous voir nombreux dans notre pile de devoirs !
 

 

Partager : Partage

© 2009-2019 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear