La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dimanche 1 novembre 2020

L'Egozette du sorcier


On a tous un ego plus ou moins imposant qui aime être caressé dans le sens du poil (j'aime imaginer le mien comme un gros chat persan blanc et indolent au regard dédaigneux), les membres de l'équipe de la Gazette (j'ai failli écrire Chazette avec cette histoire de persan) n'y font pas exception. En tant que rédactrice en chef, il était de mon devoir de flatter quotidiennement l'ego de mes rédacteurs et photographes. Un chroniqueur complimenté et félicité est un chroniqueur satisfait de son travail et donc plus motivé à le faire bien, CQFD. C'est écrit en page 75 du manuel de Gestion de la Gazette pour les nuls, entre le chapitre sur la préparation du café et les discours de motivation. Pour finir en beauté sur ma dernière édition, j'ai donc décidé de m'exprimer publiquement sur ce que j'ai particulièrement apprécié dans le travail de chacun au sein de la Gazette (Comme je n'ai pas vraiment eu l'occasion de voir à l'oeuvre Alicia, Dakota et Tanja, elles ne seront pas présentes dans cette liste). D'habitude ce sont vos persans intérieurs qu'on s'emploie à faire ronronner, vous ne m'en voudrez donc pas si, pour cette fois, c'est au tour de vos fidèles serviteurs d'être à l'honneur.



ALASKA GUMP
PHOTOGRAPHE

Quand on bosse à la Gazette ou dans un journal de maison depuis un certain temps, ça peut devenir compliqué de se renouveler dans ses idées et proposer chaque mois un contenu de qualité, original et diversifié. J'ai vu bon nombre de photographes et rédacteurs démissionner au bout d'une poignée de mois à peine pour cause de panne sèche d'inspiration. Après 8 mois à la Gazette et 2 ans au Chicaneur, Alaska continue de me surprendre par sa créativité et sa recherche artistique. En voyant ses illustrations, il m'arrive régulièrement de me dire "Wow, mais ça rend trop bien, j'aurais jamais pensé présenter ça comme ça". Elle déborde d'idées, ose tester des choses, sans jamais trop se reposer sur ses acquis.


ROMANE SLATER
PHOTOGRAPHE

En tant que photographe, son plus grand point fort est la constance dans la qualité de ses créations, chose assez rare chez les graphistes. Dans toute activité plus généralement liée à la création, il est normal d'avoir des bonnes et moins bonnes productions, ça dépend fortement de l'inspiration, l'humeur du moment, les ressources utilisées, et d'autres contraintes qui seraient trop longues à énumérer. Pourtant, il ne me semble pas avoir déjà jugé une bannière de Romane au-dessous des autres. Elles dégagent toujours la même impression d'harmonie et de sophistication. Même quand Romane rend ses illustrations au dernier moment par manque de temps ou d'inspiration, elles ne m'ont jamais parues bâclées. Pas une seule fois je n'ai été déçue du résultat.


CATHERINE SPINNET
RÉDACTRICE

Catherine, c'est l'atout phare de tout journal, la chroniqueuse que tout rédacteur ou chroniqueur en chef rêve d'avoir dans son équipe. Productive, perfectionniste, impliquée et appliquée, c'est le genre de rédactrice qui va sauver le journal (et me sauver de la dépression) d'un mois difficile, quand la salle de rédaction est presque déserte, en remplissant le 3/4 de l'édition à elle toute seule. Le tout avec le sourire (peut-être un peu forcé), des articles de qualité, une plume magnifique et une écriture toujours soignée. Oui on est d'accord, elle est trop parfaite, ce paragraphe est chiant. Passons.


AIDAN DYNAMITE
RÉDACTEUR

Pour commencer il encaisse toutes mes piques sans broncher et s'en amuse même, dans un monde où la susceptibilité est omniprésente je ne pouvais pas rêver d'un meilleur sous-fifre. Plus sérieusement, Aidan c'est une force de la nature inarrêtable. Quand je pense qu'il en a trop fait, il en fait encore plus. Toujours au taquet pour aider, il est de bon conseil, bat tous les records de productivité, donne des retours objectifs, sert de médiateur, convainc les gens de commenter et postuler, me tient compagnie durant mes nuits blanches, et en plus de ça il a le culot d'écrire insupportablement bien. Par contre la page 76 du manuel de Gestion de la Gazette pour les nuls préconise de ne pas trop gâter un ego déjà surdimensionné, je ne vais donc pas m'attarder.


MILA KOSKINEN
RÉDACTRICE

Mila, c'est la rédactrice discrète, rarement présente en salle de rédaction, mais qui va te sortir une perle quand tu t'y attends le moins, généralement vers la fin d'un mois peu fructueux quand tu commences à désespérer face au manque d'articles et que tu es sur le point de menacer les rédacteurs pour les forcer à pondre quelque chose, n'importe quoi, juste pour meubler l'édition. Et c'est à ce moment là que Mila débarque comme une fleur, dépose son texte l'air de rien, et tu te rends compte qu'en plus d'être sympathique, agréable à lire, au poil niveau mise en forme, c'était LE sujet qu'il manquait au journal. Mila c'est un petit miracle qu'il est toujours bon d'avoir à ses côtés, même si ce n'est que de temps en temps.


CLARISSA NEBULOSA
RÉDACTRICE

Ses articles, c'est précisément le genre d'articles que je m'attends à trouver dans la Gazette, que j'apprécierai retrouver en tant que lectrice et qu'il m'a plu de publier en tant que rédactrice en chef. Des articles développés, bien traités, qui s'intéressent aux pédouziens, mettent en lumière des animations. Avec toujours ce petit truc en plus, cette touche d'humour et d'originalité qui fait mouche et peut rendre le plus long des pavés intéressant et divertissant à lire. Quand on a une vingtaine d'articles à relire chaque mois, la flemme est souvent présente, mais quand je tombais sur un texte de Clarissa, je savais d'avance que j'allais passer un bon moment et prendre du plaisir à le faire.


ELEA LOOHEST
PHOTOGRAPHE EN CHEF

Ces derniers temps, je me suis souvent demandé ce que je ferais sans mon bras droit. Si on a pu sortir toutes ces éditions sans trop d'anicroches, c'est en grande partie grâce à Elea. J'ai pu me reposer sur elle sans retenue (elle fait un accoudoir très confortable) et elle nous a sortis plusieurs fois du pétrin. En plus de son sens de l'esthétique qui m'a frappée à de multiples reprises, certaines de ses illustrations sortant vraiment du lot à mon sens, elle a un réel talent de leadership et de gestion. En toutes circonstances, même toutes les deux épuisées et à bout de patience, c'est resté jusqu'au bout un plaisir d'échanger nos idées et gérer le journal ensemble. Sans elle, je n'aurais pas eu d'autre choix que de devenir ambidextre. Au final, on sera parties main dans la main.


CELTY ROZE
RÉDACTRICE EN CHEF

Temps mort, mon chat persan est déjà suffisamment gras sans ajouter de l'auto-congratulation à son régime alimentaire, merci bien. D'ailleurs, arrêtez de l'engraisser svp, il va finir par devenir obèse et je vais devoir le mettre au régime forcé.


Merci à tous, bisous.


Rédigé par Celty Roze Illustré par par Celty Roze

Partager : Partage

Interview de Septimus Lestrange

Le 29 septembre 2020, Septimus Lestrange a été nommé magizoologiste suite au départ de Iaril. Le 1er octobre, il a eu son grade. Comme je n’avais tout simplement pas d’idées pour cet article écrit par les magizoologistes, je me suis dit que je pourrais l’interviewer, lui poser quelques questions. Il a d’ailleurs gentiment accepté, alors voyons tout ça ensemble !

Liam : Bonjour Septimus ! Comment vas-tu ?

Septimus : Bonjour Liam ! Je vais très très bien malgré un temps épouvantable et vous même mon cher collègue ?

Liam : Très bien, de même ! Commençons alors ! Tu as intégré le personnel pour la première fois en tant qu’assistant en DCFM, puis en tant que Professeur d’Alchimie. C’est déjà un beau parcours pour quelqu’un qui s’est inscrit en avril, non ?

Septimus : C'est un très beau parcours et j'en suis assez fier pour être très honnête. Je passe tellement de temps sur le site que j'en oublie souvent que je ne suis qu'un bébé face à certains comptes créés depuis des années. Harry dit que Poudlard est sa maison.... Poudlard12 est ma maison et j'y passe le plus clair de mon temps mdrr

Liam : Je comprends ahah ! Et tu as aussi eu envie de tenter ta chance pour un nouveau poste (et c’est surtout ça qui nous intéresse) : magizoologiste. Pourquoi ?

Septimus : Quand j'ai commencé mon aventure pédouzienne, c'était parce que je suis tombé sur une vidéo youtube qui en parlait. C'était juste avant le confinement ... Quelques doutes, incertitudes et réflexions et plus tard me voilà inscrit mais je n'allais que dans un seul module : La salle de classe... Le site se résumait alors à ça, une salle de classe géante. Au fil des semaines je me suis intéressé naturellement à la Valise (j'adore les animaux IRL) et je suis tombé amoureux de cette section et de ceux qui la font vivre en me promettant d'un jour faire partie de leur équipe ... Et me voilà ^^

Liam : Et nous sommes bien contents de t'accueillir dans l'équipe ! Bon, ça fait seulement quelques semaines que tu as été nommé, mais as-tu des préférences ? Une tâche que tu préfères faire, un collègue préféré ? /me tousse (aa)

Septimus : Et vous m'avez très bien accueilli ^^. En quelque semaines, non, impossible d'avoir une tâche fétiche, le travail est bien trop varié et je pense que je n'ai vu qu'une tête du Runespoor si tu me permets l'expression hihihi. J'aime beaucoup gérer les habitats :c'est le point d'interaction principal avec les éleveurs. Mais j'aime aussi beaucoup travailler dans l'ombre, sur des animations ou des registres qui ne paraissent pas importants mais qui sont essentiels pour l'équipe, encore une fois je suis très varié XD. Quant à mes collègues ils sont tous géniaux et excellement dirigés par la Mirifique Dakota Gilberti (tu peux pas lutter chouchou ^^)

Liam : En parlant de collègues, si tu devais associer un adjectif à chacun de tes collègues, lesquels utiliserais-tu ?

Septimus : Pas facile comme questions, j'en côtoie certain(e)s depuis longtemps et j'ai déjà travaillé avec ces personnes, d'autres je ne les connais que depuis ma prise de poste ... Dakota est angélique, Liam est inventif, Michael est surprenant et Clémentine est adorable.
C'était le moment mignonerie mdrr

Liam : C'est vrai que c'est gentil tout ça ! Quand tu as tu ton grade, je suppose que la première chose que tu as faite a été de fouiller la section des magizoologistes, non ? Comment est-ce que ça s'est passé ? Je me souviens que quand je suis arrivé, j'ai eu mal à la tête tellement il y avait de topics ahahah

Septimus : J'avais qu'une hâte, c'était de lire intégralement notre section donc, comme lorsque j'ai eu mon grade en Alchimie, je me suis enfermé dans ma chambre avec de quoi supporter un siège (aussi appelé confinement) d'un point de vue nourriture et j'ai TOUT lu, y compris des topics vieux de quelques années ^^ ça m'a amusé et comme je le dis souvent, on aurait dit un gosse de cinq ans au moment des cadeaux de Noël !

Liam : Je comprends totalement ahah ! Un dernier mot à dire pour la fin ?

Septimus : Venez dans la Valise vous serez bien reçu et formidablement conseillés par une équipe de passionnés <3 ! Merci à toi Liam pour cet interview, et à Dakota pour sa confiance !

Liam : Et merci d'avoir accepté de répondre à mes questions ! A bientôt dans la Valise !


Rédigé par Liam Goldstein Illustré par Liam Goldstein

Partager : Partage

Dis-moi qui tu es, je te dirai quel tableau te ressemble, suite 3

Je suis certaine que vous l'attendiez tous ! En tout cas, j'espère. Voici donc les derniers, et non les moindres, portraits de nos chers membres du personnel ! Ce mois-ci, j'ai décidé de faire honneur à l'équipe de Magizoologistes. Bien qu'ils sont pour la plupart toujours enfermés dans la Valise, ça vaut le coup de vous les présenter un tout petit peu. Peut-être serez-vous surpris ?

Allons-y !


Dakota Gilberti

Peinte dans les années 1560, le portrait d'Isabelle de Médicis montre la fille de Cosme 1er de Médicis, née à Florence. Bien sûr, toujours dans la démesure, la jeune femme était duchesse et princesse. Les Médicis, si vous avez suivi un minimum en cours d'histoire ou du moins fait un petit voyage à Florence, était et est la famille dominante de Florence. Même encore aujourd'hui. Alors, pourquoi Isabelle représente si bien notre Magizoologiste en chef ? Pour sa prestance, entre autres. Parfaitement habillée, droite, un regard qui traduit assez bien ce qu'elle pense. Ensuite, les Médicis, c'est comme les Gilberti : une grande famille italienne tant en nombre qu'en notoriété. Personne ne doit chercher des puces à Dakota. Elle semble bien douce à première vue, mais la lionne qui sommeille en elle attend qu'une chose : de rugir.

Oh et petit détail... Isabelle de Médicis a été assassinée à cause d'un adultère. J'espère que ce ne sera pas le cas de notre chère enseignante et Magizoologiste.


Clémentine Smith

Un portrait peint par cette chère Élisabeth Vigée le Brun. Portraitiste officielle de la reine Marie-Antoinette. Quel destin quand même... Au moins elle n'a pas terminé sur l'échafaud, car nous n'aurions pas eu droit à cette œuvre de 1803 qui se révèle avoir été peint durant son exil après la Révolution française. Réfugiée en Angleterre, l'une des femmes peintres les plus connues de l'Histoire de l'art, aura ici fait un portrait d'une dame qui semble un tout petit peu... mélancolique.

L'identité de la femme sur la peinture reste encore incertaine, mais certains chercheurs aurait identifié celle-ci comme étant Anne Catherine Augier Vestris, une danseuse française, de la fameuse famille de la culture du XVIIIe et XIXe siècle.

Revenons à cette mélancolie. Après quelques ratés sur la scène anglaise comme artiste, Anne Catherine tentera de se suicider. Elle ne réussira pas. Toutefois, elle décèdera à l'âge de 32 ans des suites de complications dû à cette tentative.


Liam Goldstein

Je ne sais pas pourquoi, mais ce mois-ci, j'ai choisi soit des personnages ou des peintres aux destins tragiques. Dans tous les cas, ici, je crois que le peintre n'a pas besoin de présentation. Portrait d'Armand Roulin, peint en 1888, par notre cher Vincent Van Gogh. Fils du postier d'Arles, Armand Roulin a joué les modèle pour Vincent Van Gogh dans une autre peinture. Armand n'avait que 17 ans, son air un peu perdu, mélancolique. Sa famille étant bien amie avec le peintre, il n'était pas rare de voir ce dernier en leur compagnie et surtout, qu'il peigne toute la famille.

Pourquoi ça ressemble à Liam ? Pour être honnête, je ne sais pas vraiment. En regardant les magnifiques portraits de notre Goldstein et en voyant ce portrait, j'ai eu un éclair. On imagine facilement, sous cet air affligé, des pommettes saillantes et un large sourire s'afficher. Je peux me tromper, mais ce fut un coup de cœur pour moi.


Michael Bristow

Il fallait bien, qu'un jour, je présente un Titien ! Peintre vénitien, il est considéré comme l'un des plus grands portraitistes du XVIe siècle. L'allégorie présentée ici nous montre le temps qui passe chez un être humain, un homme dans ce cas-ci, et la bête qui sommeille en lui. Alors, vous voyez le lien ?

D'un calme olympien et toujours prêt à aider les gens, je trouvais l'allégorie de la prudence bien trouvée pour Michael Bristow. Bien sûr, il n'est pas aussi poilu que l'homme se trouvant de face, mais quand il se transforme en loup-garou, c'est autre chose. Se trouvant encore dans la phase jeunesse, Michael incarne, d'une certaine façon la maturité et la sagesse comme le montre cette œuvre. Dommage qu'il ne soit pas à Serdaigle, mais bon. Personne ne peut être parfait.


Septimus Lestrange

Que dire de plus ? Non, je blague, je n'écrirai pas que cela. Disons seulement que ce portrait, dont on ne connaît pas l'identité de l'homme dessus, est une sorte d'allégorie, à mon sens, de ce qu'est l'alchimie. Même qu'on a utilisé cette représentation sur un livre portant sur le sujet. Mais pourquoi ? À cause du mystère. Peinte en 1436 par Van Eyck, cette œuvre s'inscrit dans le mouvement primitif flamand. J'entends déjà quelques Belges se réjouir... Tous les traits, l'ambiance de la peinture amène l'observateur à se poser des questions, à vouloir trouver des réponses. Le petit regard suspicieux et la bouche pincée nous laisse croire que l'homme à un secret bien enfoui et qu'il aimerait bien nous le dévoiler.

Serait-ce le secret de la Pierre philosophale ? Nous le saurons jamais.


Rédigé par Catherine Spinnet Illustré par Dakota Gilberti

Partager : Partage

Inst'à Poudlard collection automne-hiver


Une douce odeur de cannelle, des citrouilles illuminées et des fantômes à foison, cette fois-ci aucun doute possible : l’automne est arrivé. Et comme j’aime vous faire plaisir, j’ai décidé de vous faire un petit cadeau en avance : vêtue de ma plus belle tenue de sorcière, je suis allée arpenter les couloirs de notre école à la recherche des profils les plus Instragramable pour cette ce mois de novembre. Et croyez-moi, quand Halloween est là, plus rien ne m’arrête. Sans plus attendre, merci d’accueillir l’article le plus attendu de l’année (non je n’exagère pas) : Inst’à Poudlard, collection automne/hiver 2020.


Le profil bisounours (a.k.a Vanille Fraser)

Halloween ou pas, elle s’en fiche, son mood c’est la mignonitude. Avec le petit sourire en coin de son égérie aussi craquante qu’une biscotte, elle arrive à illuminer n’importe quelle journée pluvieuse, et on l’en remercie bien. Comme quoi, pas besoin d’être dans le thème pour être un must-have automnal.


Le profil méchant mais pas trop (a.k.a Matoutou)

Bon, merci à tous d’avoir assuré à Matoutou que son avatar était dans le thème d’Halloween, mais la vérité doit sortir : mettre un chaton qui se cache derrière une citrouille, ça ne fait peur à personne. Au contraire, il me semble que tout le monde a trouvé ça super mignon. Mais on apprécie l’effort de participation !


Le profil pour qui Halloween change rien (a.k.a Elizabeth Andrews)

Quelqu’un a déjà vu Elizabeth porter un avatar avec une autre couleur que le noir, bleu nuit ou vert bouteille ? Oui, c’est bien ce qu’il me semblait. Avec son regard de killeuse, elle n’a pas besoin d’Halloween pour effrayer les élèves de ce château.


Le profil bg en toutes circonstances (a.k.a Maximilian Hardway)

Avec sa peau qui scintille plus que celle d’Edward Cullen au soleil, et ses cheveux qui sont aussi soyeux que le pelage d’une licorne, vous pensiez vraiment que Maximilian allait s’enlaidir pour Halloween ?


Le profil parfaitement Halloween (a.k.a Iza Korberg)

Iza c’est le bien. Son avatar est stylé en plus d’être accordé à sa signature, les couleurs sont adaptées à sa maison et à son nouveau grade (qui lui va d’ailleurs comme un gant). Bref, elle est dans le thème sans trop en faire. Et comme elle est parfaite, elle a même une boutique pour vous confectionner les plus beaux avatars. Quelle perle cette Iza !


Le profil vraiment trop Halloween (a.k.a Drayryfore)

Elle se trimballe avec des mygales qui lui courent sur le visage et du sang qui lui sort de la tête, c’est l’irremplaçable tavernière des Trois-Balais. On compte pas moins de cinq élèves qui ont déjà succombé à une attaque en la voyant, mais comme elle effraie tout le monde, personne n’osera lui dire que son avatar fait beaucoup trop peur. Et moi non plus d’ailleurs, jtm Dray <3


Le profil sorcière de Salem (a.k.a Hope Moore)

La première fois que je l’ai surprise en train à minuit autour d’un feu en plein milieu de la Forêt Interdire, j’ai bien voulu croire à son histoire de feu de camp. Là c’est la troisième fois de la semaine, change d’excuse Hope, tout le monde a cramé que tu pratiquais la Magie Noire. Sans parler de sa signature… L’équipe des Trois-Balais vouerait-elle un culte aux araignées ? Mystère.


Le profil grenouille à toute épreuve (a.k.a Mirabelle Boutondore)

Parce que je suis fan de ses grenouilles et encore plus lorsqu’elles sont habillées en sorcières, j’ai décidé de terminer encore une fois cet article en mettant en avant son côté décalé qui fait du bien dans cette école un peu trop parfaite. Merci Mirabelle de nous faire profiter de cet amphibiens encore trop sous-coté, j’ai hâte de voir ce que tu nous prépare pour Noël !


Rédigé par Tanja Madsen Illustré par Elea Loohest

Partager : Partage

La combinaison gagnante


Vous les avez probablement vues à travers les couloirs de l'école ou sur leurs balais, parcourant les cieux. Les joueuses de Quidditch bleu et bronze sont devenues des célébrités au sein de leur maison au début de la nouvelle coupe et certains étaient prêts à se battre pour tenter de réunir les fameuses cartes de collection de celles-ci. Les six cartes étaient obtenues à travers des échanges douteux entre élèves. Une rumeur établissait un lien entre cette contrebande et celle de la poudre de mandragore qui semblait refaire surface, mais il était impossible de confirmer ou d'infirmer cette information. Les Serdaigle ont toujours été très bons pour effacer leurs traces après tout. Un jour, un élève réussit ce que plusieurs considéraient impossible : réunir les six cartes des joueuses de l'équipe de Quidditch.




Version texte



En voyant toutes ces cartes alignées les unes à côté des autres, on peut déjà sentir la puissante magie qui se dégageait de cette équipe hors-pair. Pourtant, ce n'est rien comparé à leurs talents sur un balai. Redoutées par leurs camarades, les joueuses de Serdaigle ont de quoi faire trembler toutes les autres équipes à l'approche d'un nouveau match. Rien n'est trop rapide ou trop loin. Avec de la détermination, elles sont partout ! Mais comme une équipe a besoin de soutien, on espère vous voir tous sur le terrain pour les acclamer pendant les matchs; vous verrez c'est du grand spectacle. Et pour ceux qui ne sont pas encore motivés, sachez que j'ai déjà vu Ella lancer des mauvais sorts, et croyez-moi, vous n'avez pas envie que cela vous arrive.


Rédigé par Serdaigle Illustré par Aliciagagne

Partager : Partage

En avant Poufsouffle

Rédigé par Poufsouffle Illustré par Hope Moore

Partager : Partage

Slytherin Quidditch


Et oui, qui dit nouvelle année, dit nouvelle coupe ! Le Quidditch c'est un sport avec quatre balles, sept joueurs, et à la fin, c'est Serpentard qui gagne. Mais quelle est donc la recette de la victoire ?

Une capitaine en or, une poursuiveuse d'enfer, une batte en acier, un gardien impassible, une attrapeuse rapide, des remplaçants de haut niveau, des retraités toujours vaillants, des supporters au top... et quoi de mieux que de vous les présenter !



Et comment ne pas commencer avec le sang frais de l'équipe :

L'équipe qui souhaite la bienvenue à Skye


Mais on n'oublie pas nos joueurs de toujours !

Opale devant les anneaux

Aileen et Mathou quand elles kick un joueur


Aaah le Qudditch... un sport qui donne lieux à des merveilles de situations :

Camille quand elle découvre le tab

Matka quand elle attrape le vif

Skye quand elle vole le Souafle aux anciens

Aileen et Mathou quand elles jonglent avec les Cognards


Et d'autres fois... à ce genre de choses :

Joy quand les poursuiveurs abandonnent les tactiques en milieu de match

Matka quand elle tape !vire à dorite quatre fois d'affilée

Ta connexion Internet juste avant un match


Qui dit Match de Quidditch, dit entrainements !

La vitesse de notre équipe à l'entraînement


VS

La vitesse de notre équipe pendant un match

Joy quand on est en retard aux entraînements


Sans oublier les renforts...

Les remplaçants qui mettent la pression aux titulaires

Remplaçants qui se battent pour une place dans l'équipe...

Pyne et Physio quand on les sort de la retraite


...Et les supports !

Les meilleurs supporters de l'univers


#SlytherWIN

Aelyuu qui récupère les preuves pour les Jeux de Ludo


Mais malgré tout, Serpentard mettra toujours la pression à leurs adversaires !

Les autres maisons quand elles entendent "Drayryfore"

Les poursuiveurs adverses face à Popale


Et la victoire nous reviendra même avec vos prières !

Quand Serdaigle prie pour avoir la coupe sous les yeux de Serpentard.


Rédigé par Serpentard Illustré par Aelyuu Celestia

Partager : Partage

Publicité - Gazette Collaborative

Illustré par Elea Loohest

Partager : Partage

© 2009-2019 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear