La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lundi 1 mars 2021

Le royaume de la galère solidaire


En tant qu'élève à Poudlard, vous avez tous et toutes, forcément, une liste, même non écrite, de ce que vous aimez au château. Ou du moins, si vous n'en avez pas besoin, vous le savez bien. Mais avez-vous déjà pensé à toutes ces choses qui peuvent gâcher une journée ? Toutes ces choses qui nous pourrissent tout simplement la vie au château ? Nous savons tous que la magie c'est cool, bien mignon, bien beau. Mais Poudlard, c'est aussi synonyme de galère. Alors, bienvenue dans le royaume de la galère solidaire.

Je suis certaine - ou presque - que la première chose à laquelle vous avez pensé se trouve être les escaliers. 27/20 niveau pourrissage de vie, ça commence bien. Un dessin n'est pas nécessaire et, oui, vous avez le droit de vous demander ce qui s'est passé dans la tête des architectes au moment de pondre ce château. Dans le même temps, on a aussi les trop longs couloirs. Je suis sûr que je ne suis pas la seule à me perdre continuellement - ou du moins je l'espère -, alors vous comprendrez parfaitement à quel point le château n'a pas été construit pour les catastrophes humaines dans le domaine de l'orientation. Prenez exemple sur certaines enseignes moldues s'il vous plaît, et facilitez nous la tâche ; « Venez comme vous êtes », ou laissez nous fuir, on a pas tous la carte du château en tête.

Vous avez déjà remarqué qu'il y a beaucoup trop de salles constamment fermées ? Du moins, salles auxquelles vous ne pouvez pas avoir accès. Comment on est censé fouiller le château si on a accès à rien ? Pour l'aspect Inspecteur Gadget, on repassera.

Ce pourrait être une bonne chose si les adultes de l'école se préoccupaient un peu plus du taux d'obésité touchant les élèves. Comment est-ce qu'on est censé y échapper avec tout ce qu'il y a à manger ? Aussi bien lors des repas à la Grande Salle, que les elfes trop serviables, que la cuisine en elle-même qui s'amuse souvent à nous tenter ... Il faudra bien mettre tout le monde au régime un jour ou l'autre.

Désolé pour les concernés qui liront cela, mais dans l'élite des enquiquineurs j'ai nommé les professeurs grognons. Apparemment, il y en aurait un sacré nombre qui chercheraient à passer leurs fins de soirées en retenue en compagnie de quelques élèves qui ont eu le malheur de ne pas avoir été assez discrets. Il ne faudrait pas les incriminer non plus ces pauvres élèves, et les professeurs devraient vraiment avoir mieux à faire.

La forêt interdite. C'est clairement un dilemme cet endroit. D'un côté, vous mourrez d'envie d'aller y faire un tour, découvrir tous les dangers qui sont devenus mythiques, profiter de l'adrénaline quitte à se faire dessus pendant cette promenade. Mais de l'autre, vous avez la trouille, il fait noir (parce que oui, autant y aller la nuit pour transgresser une règle de plus), et vous ne l'avouerez jamais, mais vous avez peur du noir.

Après les professeurs, ce sont les préfets qui prennent un malin plaisir à coincer les élèves dans les couloirs alors qu'ils ne devraient pas s'y trouver. Ils font leur travail en même temps, mais ça pourrit la soirée. Il ne reste plus qu'à trouver un véritable ninja prêt à vous transmettre son art.

Et pour finir, on a les Serres de Botanique. Il y a tellement de bêtises à envisager de ce côté du château, ça fait rêver. Et pourtant, vous aviez remarqué que la professeure, Orla Lagh, avait apparemment décidé d'y camper ? Ne reste plus qu'à découvrir si c'est en raison d'un quelconque trafic tenu par la femme elle-même, ou par simple amour des plantes. En attendant, soit vous vous transformez en ninja, soit vous restez cloîtré au château.

 

Partager : Partage

La Saint-Valentin de l'équipe en musique



Regardez The Police - Every Breath You Take (Official Video) sur YouTube
 

"Every Breath you take" - The Police

J'ai passé ma soirée à épier Alicia et Looedy en train de faire mamour dans la salle de rédaction... Mais ça reste tout à fait sain, je vous rassure.

 



Regardez Lana Del Rey - Young and Beautiful (Official Music Video) sur YouTube


Young and Beautiful - Lana del Rey

Apparemment, je n'ai pas raté grand chose, Alicia a passé la soirée à méditer sur comment l'amour était temporaire, tout comme elle, et comment en fait sans jeunesse et beauté il ne lui resterait pas grand chose (ce qui est faut Alicia namour <3)

 



Regardez Tom Leeb - Mon Alliée (The Best In Me) - France ???????? - Official Music Video sur YouTube


Mon Alliée - Tom Leeb
Mais Looedy n'a rien remarqué, tout occupé qu'il était à déclamer des niaiseries à Alicia. Au moins, quelqu'un dans cette équipe a passé une Saint Valentin sans prise de tête...

 



Regardez PARODIE COVID : En confinement (La Petite Sirène) sur YouTube


En confinement - parodie La Petite Sirène
Addison avait tout prévu : bain chaud, tartinade de thon, et bien sûr, elle avait invité Disney+ et Netflix pour passer une soirée digne du confinement. De toute façon, tout le monde sait que Regé Jean Page est bien au-dessus du commun des mortels.

 



Regardez Redbone - Come and Get Your Love (Single Edit - Audio) sur YouTube


"Come and Get your love" - Redbone
Au moins, Dakota n'a pas à se casser la tête, son love n'est qu'à deux pas, elle n'a qu'à come pour le get. Qui est l'heureux.se élu.e ? Serait-ce celui qui a su conquérir son cœur à travers de longues épreuves, le fameux historien Roy Travis ?

 

 

 

IDGAF - Dua Lipa
Tanja a autre chose à faire que de pleurer sur sa solitude le soir de la Saint Valentin. D'ailleurs, elle a même trouvé le courage de se détacher de la redoutable pression sociale et a rejeté son ancien.ne amant.e... Quelle est son identité ? Nos meilleurs enquêteurs sont sur le coup.

 



Regardez Raiponce - Où est la vraie vie ? I Disney sur YouTube


Où est la vraie vie - Raiponce


Orane a choisi une autre stratégie : elle va sagement attendre en haut de sa tour que quelqu'un vienne lui passer la bague au doigt et la chaussure au pied. Si elle arrivait à se libérer de la routine, peut-être découvrira-t-elle que le caméléon de sa vie est caché sur le pot de fleur...

 



Regardez Bobby Vinton - Mr. Lonely sur YouTube
 

Mr Lonely - Bobby Vinton

Quand India ne parle pas, elle rêve à son foyer chaleureux et à des lettres remplies d'amour. Mrs Lonely trouvera-t-elle son Mr ? Peut-être est-il resté là-bas, en Italie... Dakota, des infos ?

 

 

 

 

 

Partager : Partage

Les nuances pédouziennes


Dans les couloirs du château de Poudlard12 se trouve une salle plus ou moins connue qui porte le nom mystérieux de “palette pédouzienne”. Là, les occupants de l’école peuvent décider de se réserver l’usage plus ou moins exclusif d’une certaine couleur. Mais lorsqu’on regarde ce beau dégradé sur lequel ont travaillé tour à tour les Gardiens de la section, on peut vite remarquer que se dégagent plusieurs catégories de pédouziens.

 

Ceux-là ont fait le choix de porter haut les couleurs de leur maison, en fiers représentants : Camille Dubois et Ellena Jones, en bonnes directrices de maison, n’hésitent pas à montrer l’exemple, et sont suivies de leurs esclaves acolytes… Toma Dresden a choisi un joli jaune moutarde, Tanguy Kerleal un rouge éclatant et Alaska Gump a opté pour un bleu tout doux.
Quelles qu’elles soient, ils se reconnaissent dans les valeurs de leur maison. Droits d’esprit, très fidèles, on sait qu’on peut compter sur eux en cas de besoin, à tel point que ce sont souvent des références dans leurs domaines d’expertise.

 

D’autres ne vont pas se poser trop de questions : un code couleur facile à retenir, et c’est parti. Ces personnes simples, qui se contentent de peu, n’ont pas choisi la couleur en elle-même, mais bien son code. C’est ainsi qu’on retrouve des Aaliya avec comme code 910000, des Natacha, où les 8 et les 0 s’alternent gracieusement (088080 quand même), ou des Lume qui optent pour du chiffre-lettre avec un 5E5E5E. Facilement approchables, ils ne sont pas prise de tête, donc échanger avec eux est rarement une corvée.

 

Parce que le monde est fait de barbapapa et d'arc-en-ciel, il faut s’y accorder. En bleu turquoise, rose framboise ou orange topaze, ces éternels optimistes sauront vous emmener dans un monde à mi-chemin entre le village des Schtroumpfs (ce mot a été écrit sans aide extérieure) et le pays des Bisounours avec un arrêt dans la ville des My Little Pony. Mirabelle Boutondore en fait indéniablement partie, à l’image de Charlotte Bolton et Julie Lang. La question qui se pose à présent est est-ce que vous saurez survivre à leur petit brin de folie ?

 

A l’opposé, ces rares individus ont une âme sombre digne des grands méchants de films. Et le pire ? Ils l’assument, et l’affichent. Camille Taylor, Aileen Verran, Altehir Nagini et Addison Hastings ils se reconnaissent dans des teintes semblables aux endroits où ils évoluent au quotidien… Oh wait, la moitié d’entre eux travaille à la Gazette, faut-il s’inquiéter ?

 

L’esthétique, ce grand débat qui divise les foules… C’est en tout cas le souci de ce genre de personnes. Optant pour des teintes pastelles, ce sont souvent les mêmes personnes qui passent des heures à BBcoder une signature. Peu importe le travail que ça implique, pour Kojiro, Julius, Grace ou Côme, le résultat en vaut la peine. Artistes dans l’âme, ils viennent tous les jours mettre un peu de paillettes dans nos vies.

 

Et puis il y a ceux qui s’opposent aux attendus de la société. Ces anticonformistes, au lieu de bien sagement choisir une des couleurs de leur maison, choisissent son opposé total. Bastien Morholt, ancien directeur de la maison Gryffondor, a choisi un vert Serpentard quand Marc Nissa a préféré un bleu vif digne de Serdaigle. Parlons de Bryshere Wellington, qui a privilégié du jaune au rouge de sa maison… Cela traduit pourtant aussi une capacité à s’extraire d’un cadre donné, le courage de s’exprimer sans laisser les autres nous influencer. Et ça, c’est quand même classe.

 

Partager : Partage

Au Japon aussi, HP change des vies

Spoiler :  Article version texte :
{

En ce moment, j'ai envie de voyager, mais ne pouvant pas signer d'attestation de déplacement en portoloin, je me contenterai d'une évasion par l'écriture et de vous partager ça. J’avais envie de mettre un coup de Lumos sur le parcours de la saga dans le Pays du Soleil Levant. J’aurais pu parler des chiffres de vente, du fait que le premier film soit l’un des plus gros succès dans l’histoire des salles japonaises. J’aurais pu aussi mentionner toutes sortes d’événements, comme l’avant-première de l’Ordre du Phénix à Tokyo, l’ouverture du second parc à thème Harry Potter à Osaka et du studio à venir à Tokyo, ou bien de l’exposition « A History of Magic » qui posera ses valises dans la capitale ainsi qu’à Kobe.
Mais en faisant mes petites recherches, je me suis rendu compte que le pays de Mahoutokoro avait quelque chose de plus incroyable encore à offrir. Plus qu’un parc, plus que les 19 tomes qui composent la saga au Japon : une histoire, celle d’une deuxième femme dont le succès du Survivant a changé le destin.

Yuko Matsuoka avait une carrière d’interprète de trente ans derrière elle, sans jamais avoir traduit de livre dans la langue de Murakami. Elle vient alors de perdre son mari, la laissant avec une compagnie d’édition, Say-Zan-Sha Publications, dans une situation financière catastrophique. Sans soupçonner qu’à l’autre bout de la planète, une autre femme au parcours difficile va indirectement lui tendre une main salvatrice.

En fin d’année 1998, des amis britanniques lui font découvrir le premier tome. Et, pour cette quinquagénaire très sérieuse qui n’avait jamais rêvé lorsqu’elle était enfant de faire de la magie, cette lecture est un choc. C’était différent de tout ce qu’elle avait pu lire. Elle le dévore en une nuit et veut absolument le publier sur l’archipel nippon. Une maison d’édition japonaise plus importante avait certes entamé des négociations avec Bloomsbury, mais Yuko Matsuoka n’en démord pas et contacte personnellement l’agent littéraire de J.K. Rowling. Son enthousiasme lui permettra de remporter ce qui sera pour elle une véritable pierre philosophale. L’autrice le lui confiera lors d’une de leurs rencontres : dans la vie, rien n’est aussi important que l’enthousiasme.

Elle entama ce travail de traduction avec passion. Lors de sa première lecture, dira-t-elle plus tard, elle entendait parfaitement la manière dont le japonais pouvait retranscrire l’œuvre de J.K. Rowling. Et si la langue japonaise permet plus facilement de transposer des termes étrangers que d’autres langues, il lui faut tout de même déployer des trésors d’ingéniosité pour rendre justice à l’histoire de l’Élu. L’accent provincial de Hagrid devient ainsi un accent rural japonais, tiré du dialecte de la région de Tōhoku. Les BUSE, ou OWL en version originale, sont également appelés les fukurō (traduction japonaise de « hibou »). Enfin, la version japonaise de « Vous-Savez-Qui » signifie de manière astucieuse « Celui dont nous savons tous deux que nous en parlons, mais qu’on ne peut pas mentionner ». Elle mène également un travail de recherche original, se rendant par exemple dans un hôtel britannique pour en apprendre davantage sur le knickerbocker glory, une glace mentionnée dans le livre. Le résultat final est salué par les critiques parmi les meilleures traductions existantes.

Mais ce n’est que la première étape. Une fois le livre imprimé, le combat de Yuko Matsuoka continue. C’est grâce à elle que Harry Potter à l’école des sorciers échappe dès sa sortie à la seule catégorie des livres pour enfants à laquelle on le cloisonnera longtemps dans de nombreux autres pays. Elle avait la conviction que cette histoire peut toucher des gens de tous âges, et força la main des libraires pour acquérir un stock en conséquence. Et si ceux-là exprimaient des réserves sur le succès d’un livre étranger, elle insistait davantage. Et les ventes lui donneront raison : plus de 200 000 ventes en un mois pour le premier tome, et 600 000 pour la Chambre des Secrets.

En avril dernier, la maison d’édition célébrait le vingtième anniversaire de la saga dans la baie de Tokyo, en présence de l’éditrice et traductrice historique. Yuko Matsuoka est désormais une personnalité reconnue du monde littéraire japonais. Élue femme de l’année en l’an 2000 par Nikkei Woman Magazine en supplantant de nombreuses célébrités, sa compagnie d’édition s’est largement redressée de ses épreuves passées. Elle demeure également très active dans la communauté Harry Potter et initia en 2009 une conférence à Paris sur les traductions de la saga. En compagnie de son nouvel époux, elle instille désormais un peu de Poudlard dans le château bourguignon de Saint Germain du Plain, transformé en maison d’hôtes.

J’espère que vous aurez trouvé son histoire aussi inspirante que moi : celle d'une histoire qui rencontre le destin d'une femme à l'autre bout du monde, et qui finit par voyager avec elle, au fil des mots, comme sur un Nimbus 2000.

}

 

Partager : Partage

Les statuts de sang et leurs dérivés

On est venu récemment me proposer un sujet d’article. Un sujet qui varie selon la vision des gens. Voici donc une vision parmi d’autres pour chaque statut de sang, et leurs nombreuses significations.

Pour les sang-pur, aucune question ne peut se poser. Les deux parents doivent être sorciers, aucune dérive n’est possible. Nous connaissons très bien plusieurs sang-pur de la saga que nous aimons tous, Drago Malefoy, Ron Weasley et j’en passe. Mais à P12 ce statut de sang est aussi très répandu, de nombreux sorciers viennent, en effet de vieilles familles aux traditions parfois douteuses.

Pour les moldus pas de questions à se poser non plus. Si deux parents parfaitement moldus ont un enfant moldu. C'est tout simplement un moldu à son tour. Mais nous n’allons pas nous attarder sur eux.

A l'inverse, nous trouvons les né-moldu. Les enfants dont les deux parents sont moldus, aussi appelés Sang-de-Bourbe, mais ce n’est pas un terme très flatteur. Plusieurs personnages de la saga le sont, comme Lily Evans ainsi que Hermione Granger. Et dans nos rangs il y a notre professeure d'Histoire de la Magie Charlotte Bolton (étrange n'est-ce pas ?) mais aussi Aileen Verran et bien d’autres personnes, mais je ne peux malheureusement pas tous les citer.

Nous avons aussi le statut de sang-mêlé, qui est un sorcier dont l’un des parents est un sorcier et l’autre un moldu. Bien sûr, nous connaissons Severus Rogue et Dean Thomas. Mais saviez-vous que notre Directrice Bianca Gordon aussi est de sang mêlé ?

Maintenant ça se complique : et si le parent moldu se révèle en fait être un cracmol ? L’enfant reste-t-il un sang-mêlé ou se transforme-t-il en sang-pur ? Un cracmol dont les deux parents sont des sorciers est-il un né-moldu ou un sang-pur ?

Nous avons récemment découvert le cas de la jeune Astra Graves qui s'avère être cracmol, ici même à P12 ! Mais dans la saga nous connaissons Argus Rusard qui est un bon exemple puisqu’il est soit né de deux parents sorciers, soit d’un parent sorcier et l’autre moldu (ou cracmol selon les points de vue). Et comme il travaille à Poudlard, quelqu’un dans sa famille doit être un sorcier, sinon il n’aurait pas la connaissance de ce lieu. Mais dans les deux cas, ce personnage est-il un sang-pur/sang-mêlé ou il doit être considéré comme un né-moldu ?

Et si deux cracmols ont un enfant qui a des pouvoirs magiques, comment celui-ci doit-il être considéré ? Il en va de même si sur plusieurs générations les enfants grandissent dans la tradition sorcière sans qu’aucun d’eux ne le soit. Jusqu’à ce qu’un descendant lointain finisse par l’être. On peut se poser la même question si l'enfant est issu d'un parent cracmol (d'une famille sorcière devenue cracmol avec le temps) et d'un autre parent moldu. Dans la saga, aucun cas connu n'a été répertorié mais parmi nous, sur P12, il existe surement plusieurs cas. J’avoue n’en connaitre qu’un seul pour l’instant mais peut-être qu’au détour d’une pensine j’en trouverai un jour un second. Celui que je peux vous citer est celui de Miss Evans qui a un grand-père cracmol. Et d’après ce que je sais, elle passe ses nuits à errer dans les couloirs pour savoir si les tableaux n’auraient pas des réponses…

Je pousse, certes, la réflexion un peu loin et j’espère ne pas vous avoir perdu. Mais ces questions méritent quand même d’être posées, non ? D’ailleurs, vous, quel est votre avis ?

 

Partager : Partage

K-P12

La K-Pop… A moins d’avoir vécu dans une grotte ces dix dernières années, vous ne pouvez pas être passés à côté de ce phénomène musical.

Phénomène, oui, c’est le mot : avec ses accords étranges, ses passages du coréen à l’anglais et les looks incroyables des chanteurs, on peut soit adorer, soit détester.

First, un petit background : la K-Pop, c’est la Korean Pop, soit la pop coréenne pour ceux qui considèrent l’anglais comme pire qu’une éternité à porter des claquettes chaussettes en mangeant une pizza hawaïenne. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas un style défini de musique, mais plutôt une appellation qui regroupe toute la musique produite en Corée : on y retrouve de l’électro, comme DNA de BTS, de la pop comme les chansons de TWICE, du rap comme Blackpink, ou encore du rock comme DAY6. Fun fact, il y a même des groupes de metal coréens !

Ces quelques noms de groupes peuvent vous sembler familier, ce qui est normal, puisque la K-Pop, c’est tout un business, surtout depuis qu’il est possible de l’exporter à l’étranger.

Et à travers la musique, c’est toute l’image de l’Asie qui est vendue. D’abord, parce que des amalgames entre les différents pays asiatiques sont déjà présents en Europe (les nems vietnamiens et les sushis japonais dans les restaurants chinois tousse), mais aussi parce que la K-Pop ouvre la voie à la J-Pop ou la C-Pop, puis à tout un pan de la culture asiatique en suscitant un intérêt particulier.

Et le plus drôle, c’est de voir que, au fil du temps, la K-Pop a réussi à ouvrir la voie à cette culture dans notre cher château. Vous avez peut-être vu apparaître des traits asiatiques en scrollant les topics : Chungha, égérie de Hae Xiao, Jennie pour Melinette, Joo-Hyun de Cherry Oxword, ou bien Kim Dahyun pour ce qui est de l’humble auteure de cet article, qui sont toutes des chanteuses de K-Pop.

Après la musique vient la littérature : la boutique d’Andreas DiCastello porte le nom d’une série de mangas japonais appelée en français “L’Attaque des Titans”. Familier ? C’est tout à fait normal, elle a connu un énorme succès dans le monde entier.

Et c’est pas fini ! Dans les pensines ou les RPG, on peut voir apparaître des caractères indéchiffrables pour un oeil non-entraîné (mon vocabulaire en chinois s’arrête à dire que ma famille compte mon père, ma mère, mes X petites soeurs et moi), voire même des dialogues dans ces langues qui tiennent plus du mythe que de la réalité.

Quelle est la prochaine étape ? Faut-il se préparer à voir P12 devenir un site entièrement dédié à la K-Pop ? Verra-t-on un jour l’avènement de K-P12 ? Seul l’avenir nous le dira...

 

Partager : Partage

Publicité - L'architecture recrute

Partager : Partage

Détox, il faut qu'on parle.

 

En bonne loutre d’intérieur, qui passe bien trop de temps derrière ses différents écrans, j’ai décidé de vous parler aujourd’hui de la détox digitale. Et également la détox pédouzienne.

Il ne vous est jamais venu à l’esprit que vous passiez trop de temps à surfer sur internet, à scroller Witchagram et de nombreux autres réseaux sociaux ? Ou bien vous vous êtes peut-être déjà senti lassé, fatigué ou juste une envie de commettre un meurtre ou vingt ? Si cela vous est déjà arrivé, pourquoi ne pas penser à la détox digitale ?

KESAKO ?! Une détox digitale a pour but de vous permettre de respirer, de laisser vos appareils loin de vous le temps de vous reposer pour repartir du bon pied ! Rien de plus simple (non c’est très difficile) : on se sépare de nos téléphones, ordinateurs, tout ce qui possède un écran, bref tout ce que vous avez tout le temps sous la main qui est presque greffé à votre corps, vous savez bien de quoi je parle. Le temps d’un moment on prend soin de soi.

Et cela vaut également pour Poudlard12. Il arrive bien souvent que des membres donnent trop, en fassent beaucoup, se donnent corps et âme dans le site, que ce soit par leurs participations ou parce qu’ils ont un grade, parce qu’ils mettent en place un projet colossal et ont l’envie de bien faire les choses également. Mais bien souvent, on arrive très facilement à ce besoin de souffler un grand coup parce que trop c’est trop. Et pour éviter le drame et accidentellement (je dis bien accidentellement) tuer un élève ou deux, deux options. On continue comme si tout allait bien en devenant aigri, rabat-joie, flemmard et honnêtement pas très sympathique parfois, ou on prend un temps pour soi et on va voir ailleurs, loin. Genre, on quitte le bateau de P12. Du moins pour un temps. Même si ce temps est court, de quelques jours à plusieurs mois, parfois partir permet de mieux revenir et de se sentir bien mieux, c’est la détox pédouzienne.

Et vous, quelles sont vos méthodes pour souffler quand vous en avez marre ?

 

Partager : Partage

Une journée en salle de rédaction

 

L'équipe qui arrive :



Ce que trouve Tanja en arrivant avec un peu de retard :



L'équipe qui se met au boulot :



Sauf Alicia distraite par Addison :



Quand Addison commence à parler de Uno :



Une fois qu'elle est calmée :



Et la voilà qui recommence :



L'équipe qui essaye de se reconcentrer :



Quand on se rend compte qu'il n'y a que 28 jours en février :



Quand tu vois Addison écrire 46 articles en 1 mois :



Et que tu galères à en écrire 3 :



Aileen quand elle arrive :



Et quand elle découvre qu'elle est arrivé chez des givrés :



Mais quelques jours après :

(Qui disait que la givritude n'était pas contagieuse ?)


L'équipe qui boucle l'édition :



Mais qui se rappelle que le mois de Mars commence :



 

Partager : Partage

Witchoscope

 

Spoiler :  Article version texte :

{
A la Gazette, nous ne lisons pas l'avenir dans les feuilles de thé mais plutôt dans les grilles, car votre astrologue préfère cette façon de faire bien plus sympathique.

Les deux premiers mots que vous découvrirez dans la grille suivante seront ce que va vous apporter ce dernier trimestre de l'année scolaire :

Dans grille suivante, les astres vous diront avec quels pédouziens vous allez faire des merveilles, les deux premiers noms que vous verrez.

Alors, quels sont vos résultats ?
}

 

 

Partager : Partage

Par delà les pages - La famille

On (enfin mon manuel de littérature anglaise) décrit Harry Potter comme un bildungsroman, ou un roman d’apprentissage, au même titre que Le Rouge et le Noir, ou Oliver Twist.

Et ce qu’on peut remarquer, c’est que beaucoup de héros de ces romans d’apprentissage sont rémi sans famille. Est-ce réellement important ? Oui, sans aucun doute. Parce qu’une personne se construit avant tout grâce à sa famille.

Dans le cas d’Harry Potter, on retrouve très tôt cette idée de famille : Harry n’en a plus, si ce n’est les Dursley, qui sont dès le premier chapitre présentés comme terribles. Dans un monde magique, avoir affaire à des personnes aussi réelles, c’est rarement un plaisir… C’est là que débarque notre cher Hagrid qui vend au petit Harry le rêve d’une nouvelle famille, à Poudlard, et avec elle la notion de ressemblance.

Et c’est là que ça devient intéressant. Parce que dans les maisons de Poudlard, on croise des individus qui se ressemblent. Et, au final, c’est la famille qui lui ressemble que choisit Harry.

Pourquoi ce choix ? On peut se demander s’il n’y a pas un lien avec l'acceptation, la tolérance dont fait preuve Gryffondor, et Poudlard en général. Quand chez les Dursley Harry était caché et exclu, comme une honte, il peut en Ecosse s’assumer pleinement sans jugement derrière, et s’épanouir.

La valeur de la tolérance, elle est introduite par un personnage bien précis, et son opposé total : Ron Weasley et Drago Malefoy.

Leurs familles sont très présentes tout au long de la saga, et s’opposent totalement. On peut citer en premier lieu la façon qu’ont les Malefoy de traiter les Weasley de “traîtres à leur sang”, ce qui démontre un certain décalage idéologique. En effet, les Weasley représentent tout ce que le monde magique a à offrir de positif : une grande famille où tout le monde s’entend, avec une maison hétéroclite où les poêles se lavent toutes seules, c’est un petit peu le rêve de Harry.

Les Malefoy incarnent le contraire des valeurs des Weasley : l’admiration que ressent Drago pour son père (qui en entendra parler) ne compense pas la peur qu’il lui inspire aussi. En suivant ses pas, il méprise les Nés-Moldus, et en général ceux qui ne lui ressemblent pas. Entre la passion de M. Weasley pour les Moldus et ce rejet total de toute différence, on voit se dessiner tout un spectre de tolérance, sur lequel se place JK Rowling en nuançant et en mettant en avant différents personnages.

A travers la saga, les différents types de famille qui sont rencontrés permettent d’introduire des valeurs définies, questionnant parfois des sujets d’actualité, comme on a pu le voir avec la polémique autour des propos transphobes de l’auteure courant 2020.

 

Partager : Partage

Ecrire, écrire, mais quoi ?

Entrer dans l'équipe de la Gazette, d'accord, c'est bien. Mais après ? Bonne question, et je n'ai toujours pas trouvé de réponse. On m'a dit de chercher de l'inspiration et d'écrire des articles avant la date limite. Je veux bien, mais ça se cherche où l'inspiration ? Parce que c'est bien gentil, mais on ne trouve pas de mode d'emploi, nul part, et c'est bien dommage. 

Du coup, je me suis mise à chercher dans des cartons. Après tout, tout ce qu'on perd se trouve bien quelque part, alors pourquoi pas dans les cartons ? Cela équivaut, non pas à des heures de souvenirs retrouvés et tous poussiéreux qui ne serviront qu'à vous faire perdre du temps, mais bel et bien à du changement, chercher à retrouver de ces choses qui donnent une impression de renouveau. Ça revient à s'ouvrir au monde extérieur et aux idées environnantes qui pourraient apparaître en plein moment d'égarement, c'est-à-dire, dans les cartons. Ou, autrement dit, une balade de grand-mère dans le petit parc non loin de chez vous pour digérer devrait faire l'affaire. 

Si jamais vous n'habitez pas près d'un parc, ou qu'il vous semble trop loin pour vous donner la peine de marcher, même quelques minutes (on se comprend entre flemmards), vous pouvez toujours faire appel au génie qui sommeille en vous. Alors non, nous n'avons pas tous la chance d'en avoir un à nos côtés, mais vous pouvez toujours essayer d'y faire appel. Résultat non garanti, mais qui ne tente rien n'a rien. Et au pire, vous pourrez toujours consulter la voyante du quartier qui prend son aise au marché du dimanche. Ça reviendra au même. 

S'il existait un mode d'emploi pour la recherche d'inspiration, il est absolument certain que la douche y figurerait. Je ne vais pas vous faire un dessin, ce serait inutile puisqu'il vous suffit d'arrêter de chanter et de laisser libre court à votre imagination. La douche c'est le moment idéal pour faire marcher son cerveau sans qu'il ne décide de faire une sieste en retour, et je suis certaine que c'est prouvé scientifiquement, ou ça devrait. Encore faudrait-il réussir à arrêter de chanter, du moins, si on peut vraiment appeler ça du chant. 

Sinon, vous pouvez toujours envisager d'y réfléchir en pleine insomnie. C'est un mal pour un bien, en soit, puisque la nuit porte, apparemment conseil, espérons que les insomnies comptent dans ce cas, et cela ne pourrait être qu'utile. Pour les chanceux qui n'ont pas droit à ces insomnies - ou ceux qui hibernent trop souvent  - j'espère pour vous que vous pourrez vous rabattre sur d'autres idées. Sinon, c'est bien dommage, quoique tant mieux pour vos nuits.

La liste du mode d'emploi arrive à sa fin, et la dernière proposition est plutôt cruelle, sauf si vous n'avez rien à faire d'autre de vos journées. Vous pouvez toujours vous asseoir face à votre parchemin, une plume en main, et désespérer en silence en attendant que l'inspiration ne décide de montrer le bout de son nez. Si aucune autre des propositions n'a fonctionné, il va peut-être falloir commencer à penser à tenter de ne rien faire, et juste attendre. Soyez patients, peut-être qu'elle aura pitié cette fichue inspiration.

Et si ça ne fonctionne toujours pas, vous pourrez toujours écrire un mode d'emploi.

 

Partager : Partage

Les aventures de papy Trossard: Rencontre avec Hope la loutre

Vous avez hâte de rentrer, l'histoire avec Looedy le chameau est toujours dans votre tête et, depuis, vous réclamez une autre histoire à votre papy : il vous a promis une autre histoire ce soir. Vous vous empressez donc de rentrer et vous asseyez à table en l'attendant. Un peu plus tard, Papy Trossard entre et s'assoit, il commence alors à parler.

Papy Trossard : Bonsoir mes enfants, votre journée s'est bien passée ?

Vous et vos frères et sœurs : Oui Papy !

Papy Trossard : Alors ce soir je vais vous raconter mon histoire avec une loutre hors du commun, ma rencontre avec Hope la loutre !

C'était lors d'un de mes voyages, j'étais parti en France, dans une ville où le fromage est roi, le roquefort plus spécifiquement. Je roulais vers la campagne, tout était vert. A un moment le vert était si intense qu'il me faisait mal à la tête et je me suis arrêté près d'une étendue d'eau. Je me lavais le visage quand j'ai entendu un gloussement. J'ai alors demandé s'il y avait quelqu'un, la seule réponse que j'ai reçu fut un "tamer". J'ai reculé un peu, regardé à droite et à gauche et ne voyais rien. J'ai commencé à me demander si je ne m'imaginais pas des choses, mais j'ai entendu un deuxième gloussement. J'ai alors eu l'idée de sortir un bout de roquefort : dès que je l'ai sorti, une loutre s'est jetée sur moi et a avalé le bout de roquefort. Je lui ai demandé : qui est-elle ? Elle me répondit que son nom est Hope. Après avoir entendu un chameau parler, je n'étais plus étonné de voir une loutre le faire.

On commença à discuter, elle répétait très souvent "tamer", ce qui avait le don de m'énerver, mais c'était une gentille loutre. On a discuté pendant quelques minutes, je réussissais à l'amadouer avec du roquefort. C'est alors que, pendant qu'elle avalait un morceau plus grand qu'elle, je me jette sur elle et la capture.


Feozard : Mais pourquoi t'as fais ça ?

Looedy le chameau (depuis le jardin) : IL VEUT TOUJOURS TOUT BOUFFER !!!

Papy Trossard : Looedy vous a répondu, je voulais goûter de la viande de loutre ! J'avais donc capturé Hope la loutre, je la mis dans mon coffre et la transportai dans un endroit bien loin. Mais quand j'ouvris le coffre, elle me sauta dessus et me mordit ! Elle me rappelait Looedy le chameau pour être honnête, aussi insultante, drôle et bagarreuse. Après avoir vu à quel point elle se battait, j'ai décidé de ne pas la manger. Elle avait un caractère bien trempé pour une loutre. Je me demandais alors si je pouvais l'apporter chez moi pour tenir compagnie à Looedy le chameau, elle accepta mais une fois chez moi, ça a mal tourné. Vous connaissez le combat de Godzilla et King Kong ? Et bah c'était pareil mais version miniature, ils se battaient tellement que la maison ne ressemblait plus à rien, le seul endroit intact était la cuisine mais ils avaient vidé le réfrigérateur. À cette époque, je venais de rencontrer Mamie Youpi et on voulait emménager ensemble alors imaginez le bazar ! Je décidai donc de renvoyer Hope la loutre en France. Une fois relâchée, elle gloussa et me cria "je t'ai bien eu espèce de chameau !", elle m'avait sûrement confondu avec Looedy le chameau.

Looedy le chameau : ON NE PEUT PAS ME CONFONDRE AVEC UN MOCHE COMME TOI !

Papy Trossard : PARCE QUE T'ES BEAU TOI PEUT-ÊTRE ?

Liam : Calmez-vous Papy Trossard, ce n'est pas bon pour votre cœur tout ça.

Papy Trossard : T'as raison mon petit Liam, bon bah c'est la fin de l'histoire mes chéris ! À bientôt pour une nouvelle histoire palpitante.

 

Partager : Partage

Jeu mensuel

Spoiler :  Article version texte :

{Salut tout le monde ! Heureusement on a eu plus de participants pour le jeu de cette édition ! Merci beaucoup à Marc Potter, Joplin Romney, Matka Omen, Clarissa Nebulosa et Yann Watson, vous gagnez chacun un gallion ! Pour cette édition je vous ai préparé un jeu de mots mêlés ^^ N'oubliez pas d'envoyer votre participation au PNJ de la Gazette (Dr Pauline et Mr Hectar) avant le 28 mars 23:59 (HF). J'espère qu'on va recevoir plusieurs de vos participations ! Liste des mots à trouver : - Article - Couverture - Edition - Equipe - Gazette - Jeu - Journal - Mensuel - Photographe - Redacteur Si vous avez des doutes ou des questions n'hésitez pas à m contacter ! }

 

Partager : Partage

© 2009-2019 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear