La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

[Feuilleton] Jeu Mortel

jeu_mortel.png

Partie 1 : Point de vue Lily Bledwood

En entrant dans la salle de découverte de la Magie, je faillis avoir une crise cardiaque. Miss Jenks, notre prof excentrique semblait avoir battu tout ses records. Drapée dans une robe qui ressemblait davantage à un chapiteau, elle nous adressa un sourire rayonnant.

« Et dire qu'elle refuse toujours de se faire hospitaliser à Ste-Mangouste, soupira mon amie Cindy, si ça n'est pas une attardée je veux bien me teindre en blonde. Enfin mais elle délire complètement, elle se prend pour un plateau d'échec ou quoi ?! »

Ravalant la réplique que j'avais sur le bout des lèvres, du fait que ma meilleure amie venait d'insulter les blondes et que j'étais blonde. Je me focalisais sur la "robe" de Miss Jenks. Avec ses petits carreaux noirs et blancs elle évoquait en effet une partie d'échec. Lorsque nous fûmes tous assis à notre place et qu'un calme relatif régnait dans la pièce miss Jenks prit la parole de son habituelle voix surexcitée.

« Aujourd'hui j'ai une surprise pour vous ! »

Soupirs collectifs. Lorsque Miss Jenks avait des "surprises" pour nous. Ça se finissait fréquemment avec quelques os cassés.

« En effet, au vu de vos bonnes notes et de votre excellente participation en cours j'ai décidé de d'organiser une sortie... Devinez où ?

- Laissez-moi réfléchir... Dans les tribunes d'un plateau d'échec géant j'imagine ! s'exclama Cindy d'un ton sarcastique, où vos goûts en matière de vêtements sont encore pire que je ne l'imaginais. »


Je lui fis les gros yeux : provoquer notre prof de DdM était en général bon pour les affaires des hôpitaux magiques.

« Excellent, je me doutais bien que tu avais plus qu'un billywig dans la cervelle, quoique avec toi le doute est toujours permis. Let's go to the bataille mémorable ! »

~~~

Nous sommes actuellement en 2050 et le monde des sorciers a bien changé... Mais ça dépend pour qui. La civilisation magique comporte désormais deux "clans" : les arriérés, comme nous les appelons parfois, sont les sorciers ayant décidés de perpétuer les traditions et modes magiques d'autrefois. Avec eux, pas question de parler de fauteuil volant, porter des salopettes et regarder la téléentrée (une invention inspirée de la "télévision" moldue à la différence prés que l'on peut y entrer), ils préfèrent s'en tenir aux éclairs de feu défraîchis porter des robes noir à faire pâlir les mangemorts s'ils existaient encore et écouter des vielles radios démodées...

Pas top, je sais, c'est pour quoi les sorciers cool, jeunes, et intelligents ont formés le clan des "SMA" : les Sorciers Modernes d'Aujourd'hui. Et pour demain... On en reparleras. Évidemment je fais partie de cette catégorie ainsi que toute notre classe et toute l'école. Le directeur de Poudlard ayant décidé de rester dans le vieux de nouvelles institutions ont faites surfaces et la Magic School en fait partie.

Miss Jenks nous ayant ordonné de nous mettre en rang, nous nous sommes exécutés, non sans appréhension, et avons utilisés un des canapés volants de l'école pour nous rendre au plateau géant.À l'image des gladiateurs moldus du Moyen Age les pions, qui sont des vrais sorciers, sont soit des sorciers voulant faire leur preuves, à la recherche de gloire, aimant les sensations fortes ou tout simplement suicidaires. Car si il existe des parties d'échec inoffensives, là-plupart, dont celle-ci, sont mortelles pour ses figurants.

~~~

Une fois dans les tribunes, je jette un oeil sur le plateau en déglutissant. Dans notre famille nous ne nous abaissons pas à de tels principes. Regarder des sorciers s'affronter à mort n'est clairement pas notre tasse de thé. Je voudrais partir, ce jeu me dégoutte, mais notre prof sadique ne l'entend pas de cette oreille là.

« Bien, je voudrais vous avertir que tout ce que vous voyez sera couché sur du papier et noté. Alors soyez attentifs. »


Partie 2 : Point de vue Rich Tern

Depuis le début je savais que j'allais mourir. Notre équipe étant composée de nouveaux et de dépressifs, je n'ai pas la moindre chance de gagner. Mais mourir est justement mon but. J'ai déjà joué aux échecs mais en jeu de société. Or ici tout sera différent. Des mois que je me prépare à la perspective de mourir. Ça me soulage , en général. Mais ce jour là, la peur a repris son droit. Livide, j'essaie de ne pas penser à ce que je ressentirais lorsque la vie s'écoulera peu à peu de mon corps, lorsque je serais un cadavre de plus pour l'équipe de nettoyage.

A mesure que la délivrance approche je repense à elle, à son rire, la façon dont ses cheveux volent au vent. Ce que je ferais ce soir sera pour elle, une façon de me racheter et de lui faire comprendre à quel point je l'aimais. Cette perspective fait disparaître la moindre parcelle de peur en moi et ce que je ressens à présent n'est que amour est résignation. Levant la tête je m'apprête à aller affronter la mort courageusement.

Une agitation hors du commun règne dans les vestiaires. Je regarde mes comparses assis les yeux dans le vide, l'air absent. Ils n'en sont pas l'origine. Je dois chercher plus loin... Les organisateurs. Me rendant dans le couloirs principal du bâtiment dédié à la préparation je les vois en effet livrés dans une discussion agitée, leur voix devenant de plus en plus fortes à mesure que la déconcertation se peint sur leur visage. Intrigué je m'approche d'eux le plus naturellement possible.
« Un problème messieurs ? »
Leurs visage convergent vers le mien. Le plus grand s'exclame d'un air irrité:
« Et comment ! Le roi de votre équipe à été retrouvé pendu dans les toilettes.
- Mais... Il est impossible de jouer sans roi.
- C'est pourquoi un joueur pion devra prendre sa place. Dites-moi jeune homme vous m'avez l'air intelligent...»

A mesure que je saisis l'ampleur de ses paroles mon corps entier est secoué de convulsion. Il semble vouloir me confier le statut de roi. Je suis passé de pion à roi. J'ai peut-être une chance de m'en sor... Stoooop ! Il est hors de question de survivre a moins que... A moins qu'elle accepte de me donner une seconde chance. On dit que l'espoir donne des ailes, si seulement ça pouvais être mon cas.

~~~

La situation a entièrement dérapé. Depuis le début de la partie (qui a débuté il y a environ trente minutes). Les huit pions ont déjà étés abattus, et de manière spectaculaire: les pions de l'équipe adverse transperçaient les nôtres d'un coup d'épée, visant tantôt le cerveau, l’abdomen, les yeux... Je détournais à chaque fois le regard sentant la panique m'envahir. Si je l'avais supplié de me pardonner, si...

Le coup caractéristique d'un corps tranché se fait entendre je jette un coup d'oeil pour m’apercevoir que le premier cavalier est tombé. Tout n'est plus qu'une question de temps. Pour la première fois je regrette mon choix, je voudrais la regarder dans les yeux ne serait-ce qu'une fois avant de mourir, lui expliquer que j'avais commis une erreur, que je m'en voulais terriblement, je voulais lui dire une dernière fois que je l'aime. Autour de moi les joueurs tombent les uns après les autres mécaniquement ou heureux de se libérer du fardeau de la vie. Je sens mes larmes me brûler, je ne veux plus voir ça. Je voudrais me boucher les oreilles, ne plus entendre les hurlements du public surexcité, ne plus entendre la mort.

Je voudrais tant pouvoir arrêter le temps. Ne jamais m'être rendu à cette maudite soirée, ne pas avoir bu autant. J'avais commis l'impardonnable. J'avais trompé l'amour de ma vie.

Je me rappellerais toujours son expression de pure souffrance lorsqu'elle a appris la nouvelle. L'immense déception et la douleur que je lisais dans son regard voilé par les larmes étaient plus insoutenables que la pire des tortures. Lorsqu'elle a dit ne plus jamais vouloir me revoir j'étais achevé. Tournant les talons elle n'avait laissé que l'ombre de moi-même. Une petite bête vide. Je ne ressentais plus rien. J'avais usé toutes les larmes de mon corps et je n'arrivais plus à penser. Je voulais disparaître pour toujours car ma vie sans elle n'aurait pas eu de sens. Son parfum, un mélange de mûre sauvage et de coquelicot, l'éclat de ses yeux bleus ciel la courbe délicate de ses lèvres...

Une voix suave me fais revenir à la réalité.
« Echec ! »

Face à moi se tient un pion de l'équipe adverse, affichant un air sûr de lui. Gagné par une envie de vomir je cherche mais quo-équipiers pour les retrouver éventrés. Tous y sont passés, même la dame. C'est sûrement une partie qui restera gravée dans l'histoire pour sa cruauté et la facilité de l'équipe adverse. Réfléchissant aux options qui s'offrent à moi je me rend compte très vite que je suis cerné. Gagné par des vertiges, je tangue. Ma vision obscurcie.

Alors que je me sent happé par les ténèbres un parfum familier flotte dans l'air. Des effluves de mûres sauvage et de coquelicot. J'essaie d'ouvrir les yeux mais je ne voit plus rien. Je me sens aveugle. Il faut pourtant à tout prix que je la voie une dernière fois, sa longue chevelure claire voletant au vent, ses pommettes adorables sans parler de sa voix si claire. Gagné par le désespoir je m'imagine la voir en face de moi lui parler, la toucher, l'embrasser...

« LILYYYYYYY »

Je hurle avec la force qui reste en moi, je hurle à m'en briser les cordes vocales. Je hurle jusqu'à ce que je n'en puisse plus.


Partie 3 : Point de vue Lily Bledwood

Je n'en peux plus : tout ce sang, ces cris. Je n'arrive plus à le supporter. Enfouissant mon visage entre mes mains je prie pour que tout finisse très vite et que ça ne soit bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Cindy étouffe un sanglot sous l'oeil amusé de miss Jenks.
L'air extatique celle-ci applaudit à chaque perte de joueurs. C'est à Azkaban qu'elle devrait se trouver et non diriger des élèves !

Jetant un bref regard au plateau pour vérifier que la partie se termine bientôt mon regard s'attarde sur un joueur de l'équipe condamnée. Quelque chose en lui m'interpelle mais je ne pourrais pas saisir quoi. A en juger par son costume il joue le roi. Je voudrais dévier le regard mais il est comme hypnotisé, à mesure que je l'observe ce joueur me rappelle quelqu'un... Aussitôt je ressent un énorme coup qui se répercute dans tout mon être. Ce joueur me fait penser à un homme que j'aime plus que tout. Un homme qui m'a brisé le coeur. Un homme qui a abusé de ma confiance. Impossible, me dis-je, mais je reste pétrifiée. De sa main, il chasse une mèche rebelle de ses cheveux auburn. J'en ai le souffle coupé. Il n'y plus d'erreurs possibles il s'agit de ... Rich.

Je ne veux pas y croire je ne peux pas y croire. Je me remémore la manière dont il susurrais mon nom de sa voix suave tout en replaçant mes mèches rebelles derrière mon oreille. L'émotion que je ressentais lorsque je le voyais. L'enfer que je vis depuis que nous sommes séparés. Comment je l'ai laissé brisé ne voulant pas croire qu'il regrettait sa tromperie. Je voulais qu'il souffre comme je souffre. Qu'il sache combien je l'aime et à quel point il m'a fait mal mais pas ça. Pas ça ! Je suis secouée de sanglots mais je m'en fiche. Je le fixe inlassablement espérant avoir tort. Priant pour avoir tord. Comme dans un cauchemar je vois ses derniers équipiers abattus. Je le vois encerclé. Je voudrais hurler, supplier qu'on l'épargne. Je voudrais le prendre dans mes bras, que tout redevienne comme avant.

J'essaie de crier mais un vague croassement sort de ma bouche sèche. Les jambes tremblantes je m'apprête à me lever mais je perd toute notion de l'équilibre. Ma tête bascule en avant et cogne le sol violemment. La douleur est lancinante. Je vois tout tourner autour de moi : les tribunes, le plateau, Rich... Tribunes, plateau, Rich... Plateau, Rich... Rich... Rich... Alors que je me sens peu à peu aspirée vers l’inconscience une voix victorieuse arrive à traverser le voile de mon esprit.
« -échec »

Comme munie de ressorts je bondis sur mes jambes. Miss Jenks prend un air agacé. Elle aurait trop voulu me voir m'évanouir. Poussant tout le monde sans ménagement je regagne les escaliers de l'arène que je dévale comme si ma vie en dépendait. Car ma vie en dépend. Au moment où j'atteins le plateau je sens quelqu'un tirer sur mon bras. Mordant violemment le sorcier-vigile qui me retient je profite de sa surprise pour me dégager de son étreinte. Arrivée sur le plateau je me rend compte que les joueurs du groupe entrain de gagner me regardent avec indécision. Dans les tribunes, des murmures puis des cris se font ensemble. Un deuxième vigile me hèle mais je l'ignore cherchant Rich du regard.

Ne serait-ce pas lui... Par terre ! Oh mon dieu... MON DIEUUU ! Il ne peux pas être déjà... ? Non, impossible, il a du s'évanouir être gagné de vertiges mais pas mort, certainement pas ! Comme dans un rêve je le vois lutter péniblement pour se relever. Puisant dans ses dernières forces il lève rageusement la tête et d'une voix où perce le désespoir hurle :
LILYYY

Je ne peux plus le supporter, je cours vers lui maudissant mes petites jambes frêles tandis que l'équipe adverse s'agite. Je me retrouve enfin face à lui. Sans hésiter je le prend dans mes bras, le collant contre moi. Prise de sanglots hystériques je murmure.
« Rich, Rich oh mon dieu ! Il ne fallait pas faire ça ! Viens, nous partons, mon coeur. Nous allons partir de cet endroit horrible et effacer le passé. Relève-toi mon coeur viens. VIENS ! »

Je tente de le relever mais il m'arrête, cherchant ma bouche à tâtons. Il me donne ensuite un baiser désespéré.
«  Écoute, ma Lily, sache que je t'aime plus que tout. Maintenant que je t'ai vu je pourrais partir en paix...
-Quoi ?!? Il est hors de question que tu te fasses tuer, non mais ça va pas la tête. Viens ! Viens !!! »

Je crie avec tout le désespoir que je trouve en moi. Pourquoi ne veut-il pas me suivre ? Pourquoi a-t-il baissé les bras ?!

Me regardant dans les yeux il murmure doucement.
« Mon ange... J'ai fait le serment de rester jusqu'au bout. J'ai fait le serment inviolable. »

Je le regarde sans comprendre. Il plaisante, c'est évident. Mais ses yeux graves laissent couler une larme que je recueille machinalement sur le bout des lèvres. Comprenant soudain l'étendue de ses paroles je hurle comme une démente.
« Non ! Non ! Non! Non !!! »

Avant de m'écrouler sur lui, en pleurs.

~~~

J'ignore combien de temps nous restâmes dans cette position. Quoi qu'il en soit je sentis une main invisible gigantesque me saisir et m'attirer hors du plateau. Un sort. Rich luttait pour rester accroché à moi mais bientôt il lui fut impossible de résister davantage. M'arrachant des bras de mon bien-aimé, la "main" me projeta brusquement vers les limites du plateau où des sorciers vigiles s'emparent brusquement de moi. Hébétée, je me laisse faire. Je n'arrive plus à penser sinon que la vie sans Rich ne sera pas une vie. Me sortant de mon hébétude. Une voix claire et victorieuse résonne dans l'arène. Les paroles qu'elle prononça resteraient ancrées à jamais dans ma mémoire. Dans mes cauchemars les plus atroces. Les paroles qu'elle prononça me glacèrent jusqu'au sang.

« Échec et mat. »


Ecrit par Dalila dans le cadre de l'animation d'échecs sorciers par les Préfets en Chef, illustré par Alexeievna

Partager : Partage

Commentaires

1. Le jeudi 1 mai 2014, 16:09 par Flora Delvos

Une belle histoire ! N'hésite pas à en faire un livre dans la bibliothèque ! =O

2. Le samedi 3 mai 2014, 09:47 par Serenity Railgun

Bravo Croustinette, c'est vraiment très beau et très agréable à lire :-) je rejoins l'idée de Flora pour en faire un livre en biblio! Bravo, vraiment :-*

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet

© 2009-2019 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear