La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 1 septembre 2012

Editorial

Chers lecteurs, chères lectrices,

Comme le dit le proverbe : il y a un début à tout. Houleux, complexe, parfois décevant, ce dernier demande des efforts parfois considérables, mais tant de joie au final.

C’est ainsi que se marque donc mon arrivée en tant que Rédactrice en Chef à la tête de la Gazette du Sorcier – Edition Poudlard12. Assurant de nouvelles fonctions inconnues, il est fort difficile de succéder à une personne ayant occupé ce poste durant deux ans. Il me faudra prouver certaines choses, en apprendre tant d’autres. Telle une petite enfant ignorante, je découvre avec émerveillement ce qui m’attend et ce que vous attendez de moi.

Mais je ne suis pas seule dans l’aventure. Que serait une Rédactrice en Chef sans son équipe de Rédacteurs, sans ses Photographes et son précieux Photographe en Chef ?

Ce travail d’équipe, ce partage, voilà des raisons importantes justifiant mon désir de travailler à la Gazette. Depuis un an maintenant, en tant que Rédactrice, j’ai pu découvrir ce petit coin de Magie qui me plait incroyablement. Il est temps, néanmoins, d’apporter une touche de neuf. Des changements, des idées, des projets, du renouveau sont au programme. Tel un phénix renaissant de ses cendres, la Gazette prend un nouveau départ. Ce vent inédit de Magie soufflant, nous avons également et avant tout besoin de vous.

N’hésitez donc nullement à commenter les articles ici ou sur l’annonce. Notre travail ne pourra que s’en améliorer, ce qui sera bénéfique pour tous.

Je clôture à présent mon premier édito. Place aux articles et aux artistes, en vous souhaitant une agréable et divertissante lecture.

Informations
Suivi des grands évènements de l'école, coupes, changements du personnel, etc.

The Last One : Hécatombe moins 96.
Par Selene Sambre, illustré par Vitali Tea.

Rouge et vert.
Par Vitali Tea.

Interviews
Entrevues avec un ou plusieurs personnalité(s) P12ienne(s), souvent en relation avec un thème précis.

Les escaliers de la peur.
Par Emma Ployé, illustré par Vitali Tea.

Rumeurs
Tous les petits potins de P12 !

Le bizutage, so fashion !
Par Ellana Denver, illustré par Isabelle Rosily.

Chronique des Bibliothécaires
L'un de nos chers bibliothécaires présente un auteur et son œuvre, figurant dans les rayons de la Bibliothèque de P12.

Bêta-Lecteurs à vendre !
Par Méliandre Van Lackshad, illustré par Isabelle Rosily.

Portrait
Description, si possible chargée d'humour, d'un grand (ou petit !) P12ien.

Mais ça, c'était avant.
Par Ellana Denver, illustré par Wilde.

Actualité
Toutes les nouvelles du monde sorcier !

#immersionchezlesmoldus
Par Deborah Chloé Parker, illustré par Wilde.

De plus en plus de médicomages.
Par Selene Sambre, illustré par Isabelle Rosily.

Faits Divers
Des petites affaires aux grands mystères qui éveillent notre curiosité...

Lyra et Dada dans le Sud.
Par Lyra Spell et Aandréa Milligan, illustré par Vitali Tea.

Sondage
Pour savoir tout ce que tout le monde pense tout bas...

Quel petit newbie de la Gazette es-tu ?
Par Ellana Denver, illustré par Vanille-Rose.

Sports
Suivez les plus grands matchs de Quidditch, apprenez-en davantage sur vos idoles et découvrez de nouveaux sports !

Les paris sont lancés !
Par Ellana Denver, sur une illustration de Coconut Dynamite.

Sportez-vous bien !
Par Stan Wright, illustré par Vitali Tea.

Culture
Littérature, musique, cinéma magiques sont au menu !

Trop niais pour être vrai.
Par Deborah Chloé Parker, illustré par Wilde.

Le Personnel pour les nuls.
Par Optimus Prime, illustré par Wilde.

Après la pluie, le gazon est mouillé.
Par Stan Wright, illustré par Vanille-Rose.

Zoologie
Car les animaux ont aussi le droit à leur rubrique !

De l'électricité dans l'air ?
Par Ellana Denver, sur une illustration de Mawine Evans.

Publicités
Laissez-vous tenter par le tout nouveau Nimbus 2009, par des places de concert pour la tournée d'adieu des Bizarr'Sisters, ou encore par une potion aux effets étranges...

Publicités de Septembre.
Par Vanille-Rose et Vitali Tea.



Jeux & Concours

La rentrée de la Gazette.
Par Ellana Denver.

Feuilleton
Histoire à suivre en plusieurs épisodes

Leçon de vie : 4ème épisode.
Par Ellana Denver, illustré par Isabelle Rosily.

Tu sais que... - Episode 2
Par Stan Wright, illustré par Vitali Tea.

L'histoire d'Unmek.
Par Selene Sambre, illustré par Vitali Tea. 

Courrier des Lecteurs
Critiques, poèmes, dessins, coups de gueule ou petites annonces... Cette rubrique est à vous !

Et si on citait ?
Par les gérantes de la boutique.

Partager : Partage

[Informations] The Last One : Hécatombe moins 96.


Il y a un mois, WWW présentait The Last One. Une épreuve où des candidats se confrontent dans des combats à mort, au sein d'alvéoles aussi meurtrières que leurs adversaires, une épreuve qui mobilise tout le château et lui fait retenir son souffle, au fur et à mesure que ce Tournoi des Trois Sorciers revisité se déroule.
Nous parlions de combat à mort. Et des morts, il y en a eu. 


Aujourd'hui, nous dénombrons de nombreuses victimes de la machiavélique production de WWW. Dont quatre Pédouziens dont nous parlerons spécialement :
George Gregory, Ex-i, Alexeievna et Lou Smith. 

Vous avez tous suivi les images terribles où ces quatre là perdaient la vie. Revenons en détail sur chacun d'entre eux :

Alvéole 1.

Les candidats débarquent, certains plus fins que d'autre - et ça se voit rapidement : alors que certains cherchent à former des alliances comme si le contact social était une condition pour survire (Klara Von Maskara, George Gregory - et visiblement ça ne réussit pas, alors restez misanthropes), d'autres fuient avant que le danger n'arrive (Timothy Kerry Jr.), alors que d'autres encore créent le danger en attaquant (Siphie Lys, Alexeievna).

Pour l'instant, seule la fuite s'est révélée totalement sûre : Klara Von Maskara est morte dévorée par des Musards. Une première mort très glorieuse ; digérée par des mollusques. 

Quant à Alexeievna, c'est un tébo qui a pris la douce initiative de montrer à ses entrailles à quoi ressemble le soleil. Le niveau monte : on passe d'escargot à phacochère.

Et qu'en est-il de la catégorie "je balance des sortilèges sur tout ce qui bouge dès que j'arrive" ? C'est 50/50. Comme on vient de le voir, Alexeievna a dépéri encornée, alors que Siphie a eu le temps de l'ensevelir sous un tas de gravats et d'assassiner George Gregory. Lui a eu plus de chance, c'est quand même plus marrant de se faire assassiner par un être intelligent. 

C'est violent, c'est chaud, ça brûle, et c'est dans l'Alvéole 1.

Alvéole 2

Ah, le contact social ! Visiblement un vice chez la plupart des candidats : ici aussi on tente de former des alliances avec tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi). 

E-xi, même si ce n'est pas faute d'avoir essayé, n'a pas survécu à un hippogriffe qui lui n'avait pas envie de contact social. 
Les trois autres candidats présents, à savoir Kassy Winchester, Mikarinkitataku Tamotaka et son bien aimé Bukabuka sont aussi tombés sur un os : Bukabuka étant mort, Mikarin a décidé d'exterminer tout le monde et Kassy a donc été l'objet de sa vengeance en recevant un Sectumsempra - mais sans mourir, pas encore, pas encore. Décidément, restez chez vous !

D'autant plus que devant ce carnage, Timothy et Elena ont rejoint cette arène - et on sent d'ici le coup de poignard dans le dos. 

C'est violent, c'est glacé, ça promet, et c'est dans l'Alvéole 2.

Alvéole 3.

Pour Lou Smith, retenue dans l'Alvéole 3, tout aurait pu très bien se passer. L'autre candidate ayant été assassinée par des Botrucs, elle restait seule, mais c'était sans compter les autres créatures du type Crabe de Feu, et surtout, l'arrivée d'un duo de Serpentards : Corwin Parker et Cissney Wetherell. Qui eux ont visiblement eu leur compte de relations sociales, puisque Cissney a eu la délicatesse de lui briser les cervicales alors qu'elle était aux prises avec des crabes de feu mécontents. 

C'est fourbe, c'est humide, ça fait peur et c'est dans l'Alvéole 3.


Voilà pour le croustillant récit des diverses morts. Mais ça, la Gazette s'est dit : ce n'est pas assez. C'est loin d'être assez. Aussi a t'elle dépêché une rédactrice pour une séance de spiritisme où les candidats qui ont rejoint l'au-delà pourront s'adresser à elle, à la Gazette, au monde magique dans son entièreté ! 


Armée d'un guéridon, d'un parchemin pour ses questions et d'une fiole de potion de Foncedé, Selene Sambre a donc invoqué les esprits d'E-xi, Lou Smith, Alexeievna et George Gregory. 

Selene : Venez à moi, âmes égarées ! Vous qui vous êtes sacrifiés à notre distraction !
Wartiyuka ! Waza ! Shinhagurtyu ! 

Et après avoir bu la fiole, elle vit apparaître trois esprits. Semblables à des silhouettes fuligineuses, ils flottaient au dessus du guéridon, l'air désorienté, et l'un deux émit un couinement incompréhensible. Il répéta longtemps, et finalement on put comprendre :

- Jaune ? 

Ainsi, selon les différents couinements, Selene détermina l'identité des ectoplasmes et leur tendit à chacun leur questionnaire. Sur les quatre victimes de The Last One, il manquait la Serdaigle Alexeievna. Était-ce parce que son pseudo était imprononçable ? En tous cas, il n'y avait pas trace de l'esprit de la proie du Tébo.
Plume à papote en main, Selene écouta et retranscrit les réponses des trois autres, ceux qui avaient entendu son appel.

Voilà ce que l'on a retrouvé des parchemins après cette séance de spiritisme :

E-xi

Qu'est-ce qu'on ressent quand on meurt ?

J'ai envie de dire que quand on est mort, on ne ressent plus rien... =X
Non en fait on est vraiment déçu d'être déjà mort, on se dit qu'il y avait encore beaucoup de chose a voir et faire dans la compèt' mais c'est le jeu ! 

Aurais-tu préféré mourir autrement que désarticulée au fond d'un ravin ?

J'aurais surtout préféré vivre beaucoup plus longtemps l'aventure, me blesser, me faire attaquer, me relever et par la suite mourir, mais pas dès le début... De toute façon on ne choisit pas sa mort.
Donc on va dire que s'être scratché contre la neige et des pierres ne m'a pas trop laissé le temps de souffrir c'est une mort peu banale mais je l'accepte ^^ .

Des regrets, des choses que tu n'aurais pas dû faire?

Des regrets non, j'ai pas survécu assez longtemps pour en avoir. J'aurais peut-être du laisser mourir Kassy et je ne serais peut-être pas morte ? Mon tueur n'a surement pas aimé le fait que je touche sa proie pour la guérir.
Mais ça n'est pas un regret j'ai fait ce que je pensais devoir faire. Je suis morte et c'est le jeu. 

Il t'est possible d'adresser un message (de haine ou non, ce n'est pas obligatoire) aux candidats restants si tu le désires.

Je n'adresserai pas de message de haine aux autres candidats j'ai"vécu" ce qu'ils vivent. Je dirais seulement :
Je vous soutiens petits pédouziens ! Je vous souhaite bonne chance et bon courage pour la suite et que le meilleur gagne.
(Mais ne laissez pas un étranger gagner ce titre!)

Lou Smith

Qu'est-ce qu'on ressent quand on meurt ?


Cissney m'a achevée vite, donc pas vraiment de douleur, en un quart de seconde c'est fini. Mais quand même de la peur, parce que là tu te dis : "Mince, c'est bon je suis fichue." 


Aurais-tu préféré mourir autrement qu'assassinée (mais gentiment) par Cissney ?

Eh bien, disons que j'aurais préféré mourir face à un candidat seul, parce que je trouve ça assez lâche de tuer quelqu'un lorsqu'il est face à des crabes de feu. Mais bon après ils ne pourront survivre tous les deux. Et je n'aurais pas voulu être tuée par un Poufsouffle !

Des regrets, des choses que tu n'aurais pas dû faire ?

Choisir cette alvéole, enfin être destinée à aller dans celle-ci. Je m'attendais aux Moremplis, mais pas aux alligators et autres bestioles dégoutantes et encore moins aux crabes de feu. Et j'aurais du me mettre avec quelqu'un quitte à perdre dans les trois derniers.


Il t'est possible d'adresser un message (de haine ou non, ce n'est pas obligatoire) aux candidats restants si tu le désires. 

Donc je m'adresse d'abord à Cissney, et je lui dit merci (pas pour m'avoir tuée, mais pour l'avoir fait à la place de Corwin) car elle a fait perdre du coup le pari à Titoo. :heureuse: Puis pour Kassy et Elissa, j'espère qu'une des deux gagnera ! 

George Gregory

Qu'est-ce qu'on ressent quand on meurt ?

Personnellement, j'ai ressenti une grande déception quand j'ai appris ma mort à TLO, une réelle déception après avoir ressenti une joie d'y participer, une joie de pouvoir participer à un évènement de cette ampleur. Mais malheureusement pour moi, mon aventure n'a duré que 5 messages. Autant dire que ma participation n'en a pas réellement été une et que je le regrette vraiment. 

Aurais-tu préféré mourir autrement qu'assassiné par Siphie Lys ?

Que ce soit par Siphie Lys ou par un autre candidat, ce n'est pas ça le problème, le problème est la façon dont je suis mort. Mais ne nous attardons pas, je n'ai pas très envie de m'attirer les foudres de préfètes en chef.

Des regrets, des choses que tu n'aurais pas dû faire ?

Qu'aurais je pu faire .. L'on a dicté mes actes, sans possibilité de défense et en ne prenant pas compte de mon précédent post, alors je ne vois pas ce que je pouvais faire de plus .. De ce que certaines personnes disent, c'est entièrement ma faute, et l'injustice ne peut être la définition de ma mort, alors non, peu de regrets car je n'ai rien fait qui ait pu expliquer mon élimination rien fait qui pourrait expliquer ce qui m'est arrivé et rien que je n'aurais pu faire. Le seul qui subsiste, c'est d'avoir participer, j'ai été très déçu. Alors certaine personne pourront juger que je me plains beaucoup mais personnellement, je m'en contrefiche, j'ai été déçu de la réaction de certaines personnes, de l'organisation du jeu et ça personne ne peut me le reprocher.

Il t'est possible d'adresser un message (de haine ou non, ce n'est pas obligatoire) aux candidats restants si tu le désires. 

De haine ? Non car ces personnes ne se trouve pas à TLO par contre je tiens à soutenir ma camarade et dernière Poufsouffle de ce jeu, Elena Petrova, tiens bon, et redonne pour moi l'espoir aux jaunes et or.



Et avec ça, il y avait quelques restes de bougies et de poudre encore indéterminée. 
Peeves s'est également invité, et a mis le feu aux cheveux de l'intrépide reporter. 
Bref - entre les esprits frappeurs, les fair-play jusque dans la mort, les xénophobes et les mécontents, on a de quoi penser. Et on sait bien sûr que ça ne s'arrêtera pas là : il reste tant de candidats, et il n'y a de la place que pour une victoire. Ça donne envie !

On remarque par ailleurs que le théâtre de ces décès évolue par ordre numérique. Alvéole 1, 2, 3.
À qui le tour... ?

Illustré par Vitali Tea, rédigé par Selene Sambre

Partager : Partage

[Informations] Rouge et vert.

Entre vert et rouge, un nouveau chapitre s'ouvre. En effet Bdragon laisse sa place à Ellana Denver, elle aussi de Gryffondor, pour le poste de rédacteur en chef. C'est sans compter la succession de Wilde à Kate Laflamme comme photographe en chef : les Serpentards trônent donc toujours aux côtés de leur plus fameux rivaux. 

N'oublions pas cependant que le rouge et le vert sont des couleurs complémentaires... Pour les Serdaigle et Poufsouffle qui s'offusqueraient de cette domination médiatique, nous leur rétorquerons qu'ils ont déjà leur autre gloire en Miss & Mister P12.

Mais ce ne sont pas des maisons dont je viens vous parler, mais de deux membres qui nous quittent. La Gazette a évolué avec Bdragon et elle s'est embrasée avec Kate Laflamme, rendons hommage au plus entreprenant des ReC et à à la seconde PheC de l'histoire du mensuel sorcier.

Si vous m'attendez sur de long discours mélodramatique, détrompez-vous, quelques mots suffisent à révéler l'essentiel.

Bdragon est devenu directeur adjoint, cela veut tout dire.

Kate est québécoise... Et cela veut tout dire aussi.


Voilà, vous avez compris que la photographie me sied mieux, je retourne donc à mes dessins. Bien que ce ne soit sûrement pas la longueur convenable que vous, lecteurs avides, exigez d'un article, je me devais de faire résonner ma petite voix en vous pour leur dire au revoir.

Rédigé et illustré par Vitali Tea.

Partager : Partage

[Interviews] Les escaliers de la peur.

Pauvre Pédouziens... C'est la fin de l'été et les cours vont reprendre. Dans la tour de divination Giinny prépare son thé calmement. Pour la voir les élèves sont obligés de monter des centaines et des centaines et des centaines de marches.

Mais cette année les pédouziens disent NON ! Non ils ne veulent plus risquer leur vie pour aller en cours de divination. La colère gronde dans les couloirs du château. Pour savoir le pourquoi du comment de cette affaire je suis aller voir la responsable de ce scandale.

Giinny Van Lackshad arbore un air doux. Elle est toujours à l'écoute des élèves et n'hésite pas à leur donner du thé quand ils arrivent à monter les escaliers. La professeur de Divination m'ouvre la porte avec un grand sourire. Je me suis équipée avant de venir. Chaussures de marche, eau et nourriture pour deux semaines. Je comptais les marches au fil et à mesure. Vers la 100ème un fil de nylon presque transparent m'aurait fait tomber si je ne l'avais pas vu. Giinny me tendrait-elle un piège ? Arrivé à la 200ème une cascade d'eau et de savon faillit m’entraîner dans une chute vertigineuse. Je perdis rapidement le compte après cet incident. En fin de compte je n'ai mis que quatre heures à atteindre le haut de la tour. Je commence à comprendre le mécontentement des élèves.

Emma : Bonjour Giinny tu vas bien ? Je vois qu'il n'y a personne ici.

Giinny : Très bien merci, à part le calme qui règne souvent dans la tour. Je crois que le nombre de marches effraie les élèves.

La professeur de Divination cachait bien son jeu derrière son air angélique. Je décidai de lui parler des rumeurs qui circulaient sur ses marches.

Emma : Il y a de drôle de rumeur sur tes escaliers Giinny. C'est vrai qu'un élève est mort en les montant ?

Giinny : Du tout, du tout ! Je nie totalement toutes ces rumeurs. Je sais bien que le château regorge de secrets, mais de là à vous en prendre à mes marches !

Il est vrai que s'en prendre à des escaliers était un peu ridicule. J'hésitai à l'attaquer sur son passé obscur, une sombre affaire mélangeant un centaure, un triton et une Van Lackshad ivre. Finalement il était peut-être préferable de revenir à l'histoire des marches.

Emma : Et pourquoi il y a de l'eau savoneuse vers la 200ème marche ? Tu veux nous rompre le coup ?

Giinny : Je nettoie c'est tout, c'est mon horrible belle-mère qui me l'a ordonné.

Sa belle-mère ? Accuser sa famille un grand classique. La professeur de Divination est déciement une grande menteuse. Je suis persuadée qu'elle savait que j'allais venir.

Emma : Eh bien merci Giinny de tes réponses à la prochaine !

Giinny : Au revoir, faites attention en descendant, surtout, je ne voudrais pas qu'il vous arrive quelque chose...

Cette fois-ci j'en était sûre elle m'adressait une menace à peine voilée. Tremblante de peur je descendis chaque marche avec une précaution extrême. Heureusement aucun piège ne m'attendait pour le retour. Je mis 6H à descendre soit plus que la montée. Maintenant à vous de jugez. Giinny provoque t-elle des accidents avec ses marches ou est-elle parfaitement innocente ?

Rédigé par Emma Ployé, illustré par Vitali Tea.

Partager : Partage

[Rumeurs] Le bizutage, so fashion !

Le personnel, endroit si tentant. Dans l’imaginaire général, c’est le lieu de toutes les débauches, de la gloire, de l’argent, des tromperies et amours. Digne de la célèbre série sorcière : « Amortentia, Magie et Poison. ». Sans oublier que c’est, avant tout, le Personnel qui lance les nouvelles modes et tendances. Ce mois-ci, la Gazette a décidé de se plonger dans l’actualité d’une pratique en vogue : le bizutage.

A chaque nouveau membre intégrant une nouvelle partie de cette haute sphère de l’élite utra-privée, il est proposé d’obtenir de l’aide d’un « « « parrain » » » pour lui enseigner les ficelles de son futur métier. Bien souvent – pour ne pas dire toujours – accompagnée de la magnifique pratique de bizutage. Durant une semaine entière, la pauvre victime devra suivre les lubies de son bourreau, qui pourra lui demander absolument n’importe quoi – ou presque. 

C’est ainsi que vous avez pu voir fleurir des chiens colorés, des fans de Lorie, des Robert Pattinson pas très frais, des Chuck Norris à la maxime toujours aussi sage et juste. Sans oublier les roux, toujours magnifiquement au centre des clichés, et les hontes à leurs patries. Tout cela plein de bling-bling, de paillettes et de glamour. Toujours.

Néanmoins, le bizutage est plus qu’une attitude, plus qu’un concept. C’est aussi une servitude totale. C’est effectuer les tâches les plus ingrates qui soient. Et tout cela pour le simple et unique bonheur des sadiques de cette école. Ainsi, résumer un topic à flood presque rempli, poster des messages invraisemblables, réécrire le résumé d’une présentation énorme, clamer son amour pour ce qui est le plus détesté au monde, lécher les bottes – ou les toilettes – de tous ceux qu’on rencontre font partie du quotidien des pauvres proies. Et encore, ce sont là les idées les plus accueillantes et douces qui traversent les esprits des bourreaux.

Des pulsions sadiques et mesquines sont à la une des tendances les plus intéressantes du Personnel. Pourquoi donc tant de vilénie de la part des membres du Personnel ? Certains avanceront la crainte de ces vieux croûtons de se faire dépasser par la nouvelle génération. D’autres vous confieront dans le creux de l’oreille qu’en réalité, tous sortent de l’unité psychiatrique de Sainte-Magouste.
Si seulement il vous arrive d’être proie, ne vous inquiétez pas. Un jour, vous pourrez être prédateur et tétaniser d’autres générations de nouveaux ou, mieux encore, vous venger sur les vieux bourreaux si ceux-ci quittent leur poste avant vous. La justice, quelque part dans ce monde, existe.

Horreur donc que cette pratique à la mode, et qui menace de coloniser tout le site.
Dites-vous que certains tarés vont même jusqu’à réclamer leur bizutage. Leurs cris, « Fais moi mal » et « je veux souffrir », résonnent dans les couloirs. Nous ne sommes pas encore dans une maison close sadomasochiste, rassurez-vous. Pour le moment.

Alors, envie d’entrer dans le club ?

Rédigé par Ellana Denver, illustré par Isabelle Rosily

Partager : Partage

[Chronique des Bibliothécaires] Bêta-Lecteurs à vendre !

Le recrutement de nos nouveaux esclaves s'est déroulé avec succès, récoltant quatorze candidatures que les bibliothécaires, visiblement prises de cours par la splendeur des postulants, n'ont pu départager. Ainsi, vous pourrez trouver à présent à votre disposition pas moins de onze Bêta-Lecteurs tout frais, prêts à prendre leurs fonctions.

Suite à ce recrutement, jeunes et vieux écrivains, vous constaterez une nouveauté : vous pouvez dès aujourd'hui demander à ce que votre livre soit examiné non pas par un unique Bêta-lecteur, mais par deux !
Quel avantage cela peut-il avoir ? Les deux n'auront sûrement pas un avis identique sur votre écrit. Cela vous permettra donc d'avoir deux opinions critiques et donc de choisir ou bien de mélanger les conseils à votre sauce.
Un Bêta-Lecteur peut avoir un rôle primordial dans l'évolution de vos ouvrages. En effet, si les bibliothécaires sont essentiellement là pour corriger les fautes d'orthographe lorsque votre chapitre est fini, les Bêta-Lecteurs, eux, vous accompagnent tout au long de l'écriture. Ils ne sont pas là pour vous flatter, mais pour dire clairement quels sont vos défauts et comment y remédier. Il est donc conseillé à toute personne désirant publier un livre d'en prendre un.

Pour finir, nos nouveaux esclaves sont 100% spécifiés aptes à corriger et à mettre en lumière vos répétitions, vos fautes de liaison ou les parties mal exprimées de vos ouvrages. De plus, ils sont nombreux à attendre qu'on leur attribue un livre à l'heure actuelle, alors n'oubliez surtout pas qu'ils sont là, à votre disposition et n'hésitez pas à demander l'aide de l'un d'eux.

Rédigé par Méliandre Van Lackshad, illustré par Isabelle Rosily

Partager : Partage

[Portrait] Mais ça, c'était avant.

Chère petite commode de mon arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand-mère,

En réalité, je me rends compte d’une accablante vérité… Le temps passe. Non mais, vraiment ! Ce n’est pas une blague, ou un conte pour faire peur aux petits moldus en montrant des vieilles croûtes desséchées et ridées. C’est vrai. Tu vois ma peau chiffonnée, croûteuse, sillonnée de rides... C’est « l’âge » comme on dit. Et pourtant, je me souviens.
Petite, j’avais triché à l’examen de passage en 2ème année. Ayant créé un petit bug (on fait les choses à fond tout de même), on m’a tout de même fait passer. Et pareil en 3ème. La belle époque du Tournois, aussi ! 

Mais surtout, je me souviens des autres. Je les ai vu grandir et s’améliorer. Ils étaient vraiment tous tellement nuls au début. Une véritable infection. Prenons quelques exemples.

Selena Seviev, n’ayant rien trouvé de mieux que de passer son temps au Parc à embrasser des inconnus. Et tout cela, en 3 lignes. Elle est précoce, cette petite.
Coconut Dynamite, aussi. Boulette ambulante, on a dû calmer sa passion et ses ardeurs de poster par 2 colles. Sans oublier qu’elle était réellement inutile, en fait. Ses sujets, je ne vous dis pas… C’était pire qu’insipide. Sans oublier qu’elle avait quelques soucis, prenait les hommes pour des filles. Heureusement que nous avons refait son éducation.
Pour continuer sur la belle lancée, comment ne pas citer Giinny, la Professeur de Divination actuelle ? Réelle délinquante, on lui attribue un double compte, sans oublier qu’elle se faisait un plaisir de répondre aux publicités par hibou. Si, c’est interdit. Son casier s'en trouve rempli.

J’ai vu des renaissances aussi. Celle de Sepultura Zabini en Wilde, celle de Dudu Malefoy en Delfius mais aussi celles d’autres pédouziens vieux croûtons à présent également, tels qu'Isabelle Rosily et tant d’autres. Car oui, tous étaient déjà présents. Suffisamment vieux pour qu’on ne se souvienne en moyenne pas de leur arrivée.
Sans oublier ces tonnes de gens qui en fait, n’étaient même pas encore là. En étant, certainement, pas encore conscients de ce qu’est réellement cet endroit, ne connaissant même pas son existence. Tu imagines un peu, tous les ignorants ? 

Entre les ignorants aveugles et les boulets de première, petite commode, me voilà bien servie.

Tu te rends compte cependant que maintenant, ils sont tous totalement différents d’avant ? Sans oublier ceux qui ne cherchent qu’à oublier leur passé parfois compromettant. Ils ont pris de l’âge, ont changé. Moi aussi, tu me diras, évidemment. Et puis cet endroit aussi. Tout a changé ici, au fond. En même temps que les occupants. Toute cette vieille marmaille se plaint, se tape à coup dessus à l’aide de cannes, ronchonne, est râle. Sans oublier que la plupart sont gâteux. On croirait parfois P12 un mélange entre l’asile de fous et la maison de retraite. Ils deviennent des fossiles. Ils sont poussière.

Avant, c’étaient des humains. Mais ça, c’était avant. 

Lusty le Café.


Rédigé par Ellana Denver, illustré par Wilde.

Partager : Partage

[Actualité] #immersionchezlesmoldus

Mon badge me met mal à l'aise, ma cravate Serpentard m'attire des regards mauvais. Je ne sais plus à quel moment j'ai évoqué l'idée de cette visite au Service des détournements de l'artisanat moldu, mais j'aurais dû avant de le faire lire mon horoscope du jour qui disait sûrement "tournez sept fois votre langue dans votre bouche avant de parler".
Nous sommes le 31 août, et ma cible du jour m'adresse un sourire figé depuis le bout du couloir. Je suis sûrement son premier rencard depuis dix ans - sa main est moite, il s'appelle Denis et ses oreilles sont décollées de son crâne. Il ne reste donc plus qu'à prendre des notes, coincée dans un coin du coin de salle qui lui sert de bureau.

Deborah : Bonjour Denis, vous êtes employé du Service des détournements de l'artisanat moldu, dans le Département de la Justice Magique. En premier lieu, est-ce que vous pouvez nous dire en quoi consiste votre travail ?

Denis : Nous sommes chargés de protéger les Moldus des objets magiques qui, par accident ou par volonté de nuire, peuvent les blesser ou leur révéler notre existence.

Deborah : Très bien, merci de cette précision. Bien, et concrètement, racontez à nos lecteurs ce dont vous vous chargez actuellement ?

Denis : Depuis maintenant quelques années a surgi chez nos amis Moldus un phénomène que nous ne parvenons pas à comprendre. Les facteurs, qui distribuaient auparavant le courrier, ont été remplacés par les équivalents de nos hiboux. Un peu comme dans les années 98 quand tous les hiboux se sont appelés Hedwidge, les Moldus ont nommé ces équivalents par des noms que nous retrouvons à travers la planète : Wifi, Ainternate, Faïssbouc, Touiteur, Gougueule.

Deborah : Ces noms semblent tous anglais, qui est responsable de cette invention ?

Denis : C'est toute la question. Nous soupçonnons les sorciers d'avoir inspiré voire créé ce phénomène, mais nous ne parvenons pas à comprendre leur but. Notre hypothèse la plus convaincante est pour l’instant que ceux-ci sont des partisans de la cohabitation pacifique entre sorciers et moldus. Il s'agit de sorciers très entraînés qui ne reculent devant rien : nous n'avons jamais pu surprendre un seul hibou répondant à l'un des noms que j'ai cités et en avons déduit que leurs créateurs leur ont fait subir un sortilège de Désillusion.

Deborah : Comment les Moldus pourraient-ils se servir d'hiboux invisibles ?

Denis : Grâce à des machines appelées "ordinarteur". Leur existence nous est toujours mystérieuse mais nous pensons que, lorsque les Moldus écrivent sur ce qu'ils appellent un "gravier", l'ordinarteur traduit le langage humain en langage hibou. Il émet alors des sons significatifs que le hibou comprend, mémorise et va transmettre à un autre ordinarteur, qui fait le processus inverse de traduction.

Deborah : Les Moldus sont décidément fascinants ! Mais pourquoi ne pas utiliser les hiboux, tout simplement, de la même manière que la nôtre ?

Denis : Les Moldus auraient décidé de se cacher de nous. Nous avons en effet recueilli des propos qui tendent à montrer qu'ils ont peur que nous leur volions ce qu'ils appellent leur tecknologi. Notre informateur le plus compétent nous informe notamment que le peuple moldu des Apple, basé aux États-Unis, soupçonne nos amis sorciers Samsung. Partout dans le monde, des soupçons de surveillance naissent ainsi des moldus vers les sorciers, soupçons inspirés par notre volonté de ne pas entrer en contact avec eux.

Deborah : Merci beaucoup pour ces confidences qui, à n'en pas douter, raviront les amoureux des Moldus. Pour ma part, je me contenterai de vous dire adieu.

Article rédigé par Deborah et illustré par Wilde.

Partager : Partage

[Actualité] De plus en plus de médicomages

 


« A vouloir enseigner trop de médecine, on n'a plus le loisir de former le médecin. » 



En effet, si vous vous rendez de temps en temps à Sainte Mangouste, quelle qu'en soit la raison - un cancer, une morsure d'acromentule, un parent malade de la Cendrillon, une envie pressante - bref, si vous allez à Ste Mangouste - même pour rien, hein - donc si vous y allez, vous n'avez certainement pas manqué l'émeute provoquée par les médicomages.

Cet évènement des plus étranges, surtout venant d'un corps de métier aussi respectable, n'a pas eu le retentissement mérité. Et pourtant quel spectacle !
Même les patients atteints de scrofulites ont pu en profiter ; car l'incident s'est produit à tous les étages.

Mais concrètement, quel incident ? Eh bien les médicomages se sont déclarées entre eux une véritable guerre ! Cela paraît impensable, et pourtant, les sortilèges ont fusé dans les couloirs de l'hôpital. Mais qui combattait qui ?
C'était une guerre de génération. Les jeunes recrutés sortant tout droit de grandes écoles ont commencé à venir se plaindre par groupes de dix auprès du secrétariat. 
Ils affirmaient haut et fort, comme l'a expliqué le chef des contestataires à la Gazette :

« Les guérisseurs séniles et les employés qui ont connu la naissance du Quidditch n'ont plus leur place au sein de l'hôpital ! Il est temps que nos droits égalent les leurs et qu'ils débarrassent les lieux, car nous ne pouvons plus exercer sans trouver un croûton pour nous dicter que faire ! »

Les vétérans, véritables cerbères du caducée, se sont très vite défendus, et comme ils ont connu la guerre ils n'ont pas attendu que leurs adversaires prennent le dessus pour attaquer. 
Voilà ce que monsieur Herbert Hurier a confié, avec aigreur, entre deux maléfices de jambencoton :

« Les examens sont devenus trop faciles ! De mon temps, on était pas aussi nombreux à devenir médicomages ! Ces jeunes n'ont pas eu une bonne éducation, et de toutes façons ils n'ont rien pour eux. Pas de talent, pas d'expérience, tous arrogants... Leur laisser Sainte Mangouste, c'est courir au suicide ! »

Alors comme ça, il y aurait trop de médicomages ? On se balade entre accusations infondées et vaines batailles, pendant que les patients de cet établissement de renom sont livrés à leurs maux. Le concours pour accéder à la profession de guérisseur à Ste Mangouste est loin d'être aussi simple qu'un B.U.S.E, et chacun sait que même âgé, un médicomage est en mesure de remplir ses fonctions si Ste Mangouste l'y autorise.

Qui eut crû qu'une profession aussi noble puisse être dévaluée par une querelle aussi futile que celle-ci ? 
Peut être est-il temps de donner les calmants aux soignants.

La direction de Sainte Mangouste a décidé de sévir : durant une semaine, tous les antagonistes de cette histoire devront effectuer les missions les plus infâmes (telles que traiter les éruptions de pustules ou récupérer les habitants d'une maison infestée de bandimons), habituellement réservées aux infirmières rousses.



                                                      Rédigé par Selene Sambre, illustré par Isabelle Rosily.

Partager : Partage

[Faits Divers] Lyra et Dada dans le Sud.

Souvenez-vous, cet hiver Clara Badaboum, Lyra Spell et Aandréa Milligan avait testé les sports d’hiver pour vous. Aujourd’hui, Lyra et Aandréa ont testé le Sud. Elles ont troqués leur baguette magique pour des tongs. Elles vont vous raconter ce récit en plusieurs points : L’accent du Sud, La chaleur, les rencontres.


L’accent du Sud :
Les deux sorcières ont pu remarquer qu’à chaque endroit de la France, les accents diffèrent, ils sont plus ou moins compréhensibles. Mais la compréhension de l’accent du Sud est nettement inférieure aux autres. Il faut savoir que n’importe quel sorcier, moldus, créature disent « ça colle » lorsque que leur donne deviennent collant au touché d’objets, alors que dans le Sud on dit « ça pègue ». Pègue ? Mais qu’est ce que c’est ce mot ? Il faut aussi savoir qu’ils ont un accent où tous les mots sont transformés. Pour un simple mot comme rose, les Sudistes eux disent Râse (comme si une grenouille croassait). Evidemment, ils disent toutes les lettres des villes comme Vendres, ils disent Vendrèsssss ! Si on faisait comme eux, on devrait dire Parissss à la place de Paris. Ah ces Sudistes ! Pour votre rythme cardiaque, on épargnera les autres expressions que nous n’avons pas comprises ; comme Pj. Avec Lyra nous ne savons toujours pas si Pj veux dire Petit Jean ou petit joueur. Mais pour vous, nous avons essayé de comprendre pourquoi sont-ils comme ça ? 

La chaleur du Sud :
Nous sommes sur le chemin du retour, et en quelques mots, nous allons vous conseiller du matériel nécessaire pour survivre dans le Sud. 
Tout d’abord, abandonner vos robes de sorciers, vos pulls ou jean. Optez plutôt pour des shorts, débardeur, robe, ou même tout nue. La chaleur du Sud est une chaleur invraisemblable en Grande-Bretagne. Une chaleur qui ne descend pas en dessous de 25° (même la nuit !). Pour survivre, prenez sur vous un brumisateur. Cet objet ressemble à un déo, mais à la place d’avoir du déodorisant, un peu d’eau arrive. C’est très rafraichissant et vous permet de vous réhydrater. Cependant, au bout de quelques minutes, l’eau sera devenue chaude. Donc optez aussi pour un ventilateur. C’est un objet qui fait du vent tout le temps. Donc très rafraichissant, mais le seul problème c’est qu’il n’est pas portable, donc dehors vous avez lamentablement chaud. Enfin, en cas de grosse chaleur, pensez à la climatisation. C’est une invention moldue merveilleuse qui permet de rafraichir la maison toute la journée à une température de 18°. Mais comme le ventilateur, il n’est pas portable. Evidemment, avec Lyra, nous étions logées chez Molly Moseley et sa petite chambre de bonne était dépourvue de toutes technologies moldus et donc il faisait une chaleur pas possible. Ne rien faire, vous fait transpirer, bouger un bras rendait votre corps lourd, alors se retourner dans le lit vous faisais suer comme vous n’avez jamais sué. Pour vous dire, avec Lyra nous en sommes arriver au point où nous nous envoyons un coussin dans la figure avec l’espoir de sentir une légère brise. 
De plus, la chaleur vous rend idiot. Vous rigolez pour rien, vous dites n’importe quoi comme si vous veniez de prendre de la poudre de mandragore. C’est pour cela, que les Sudistes parlent aussi mal et que Molly… est Molly. 


Les rencontres :
Mais que ferions-nous sans croiser du monde. Avec Dada, nous avons décidé de vous résumé en exclusivité tous les moldus rencontré au Sud de la France. Vous remarquerez qu’ils sont assez bizarres. D’abord, les Sudistes ont dû mal à aider les personnes. Un jour, nous voulions aller acheter une boisson commode aux évènements du Sud. Peut être le savez vous (si ce n’est pas le cas, ouvrez un livre d’Etude de moldus) mais les moldus ont beaucoup de jours férié. Et justement ce jour était férié, nous cherchions donc une grande surface. Nous demandons à des sudistes où se trouve la grande surface la plus près et ils nous disent de prendre le bus et nous interroger on leur demande « Mais où est l’arrête du bus ? » Et d’un mouvement de bras, le Sudiste montre une direction et nous dit « Là-bas ». Ce renseignement nous a vraiment aidés.
Nous avons pu faire la rencontre aussi, des gens chaleureux du Sud mais tout aussi fou que la préfète en chef Molly Moseley. Des personnes fort agréable quoique un peu fou. On a rencontré aussi, un moldus fou amoureux de Molly, à la suivre partout. Choquant hein ? 
Il y a eu la rencontre du barman, fort sympathique et souriant.
Mais n’oublions surtout pas, le roux assez étrange. Ce moldus a vraiment des coutumes étranges, il ne parle pas, ne souris pas et là hop il te fait un câlin ! Allez savoir, c’est un roux ! Il y a aussi la copie conforme du célèbre surfeur moldus Brice de Nice. Et le blond très beau mais un peu trop près des moldus se dandiant.
Cher Sorcier, nous sommes là pour vous tenir au courant des coutumes de ces personnes étranges. 
Il y aurait beaucoup de chose à dire sur les personnes comme le moldus avec un bout en plastique avec des paillettes à l’intérieur dans la bouche, ainsi qu’un avec un bob je crois ou encore des moldus se trémoussant sur une musique qui ne vaudra jamais celle des Bizzar’Sister’s. 

Enfin bref, nous avons refusé d’utiliser nos baguettes durant notre séjour, mais le sortilège accio nous aurait servi les jours de grandes chaleurs. Transplaner nous aurait évités de prendre le bus. Le sortilège repousse moldus nous aurait vraiment permis de trier les personnes qui s’approchait ou nous parlait. Le sortilège aguamenti nous aurait permis de ne pas crever de chaud. 

Même si les moldus sont bizarres, que tout est rouge et que l’on pense que l’on mange tout le temps de la tomate, que l’accent est incompréhensible et qu’il fait trop chaud. Molly nous aura accueillis de manière chaleureuse et grâce à ce petit séjour, nous comprenons mieux maintenant pourquoi Molly est-elle si…

Petit bonus : Les chansons que les Sudistes nous ont appris.
« La vache, la vache
Quelle pute cette vache
La vache elle est barjo Hé !
Moi je connais une vache qui draguait tous les taureau »

« Et elle s’en va le long de la rivière
Dandinant du cul, des fesses et du derrière.
Ah jamais on a vu, ne jamais vu.
Un si beau cul.
Que celui de la boitteuse. »

Rédigé par Lyra Spell & Aandréa Milligan, illustré par Vitali Tea.

Partager : Partage

[Sondage] Quel petit newbie de la Gazette es-tu ?

Ce mois-ci, nous avons une nouvelle équipe. De la chair fraîche et jeune à déguster à volonté. Mais nos petits newbies ont également leurs propres caractères, exigences et envies. Peut-être ressemblez-vous à l'un d'entre eux ? C'est ce que la Gazette vous propose de découvrir ce mois-ci, en exclusivité.

1) Ton passe-temps favori ?

 Manger du fromage
@ Martyriser les autres
 Aider et œuvrer à l’harmonie de sa maison
 Draguer et rire
~ Aucun

2) Ce que tu aimes moins ?

 Les hommes
 Les Serpentard
@ Le bonheur des autres et les idiots
~Tout le monde sauf toi
 Se répéter

3) Quel est ton défaut ?

 La trop grande spontanéité
@ L’insensibilité
 La prétention
~ Un caractère de cochon
 La gourmandise

4) Quelle est ta qualité ?

 Etre un animal parfait
~ Maître de l’esquive
 La bonne humeur
 Un cœur en or
@ La capacité d’adaptation

5) Quelle est ta couleur ?

@ Rouge sang
 Non, deux
~ Bleu
 Vert
 Couleur gruyère

6) Quelle citation te correspond ?

~ J’suis une chieuuuuuse. (Version masculine autorisée)
@ Faut les faire souffrir tous.
 Je suis rat-pide et rat-goûtante !
 De toutes façons, il n’y a que Gryffondor.
 Ma biche, t’as de beaux yeux tu sais ?

7) Si tu étais un objet ?

@ Un pinceau
 Un badge
 Un balai
 Un fromage
~ Ton double (si, c’est un objet)

8) Si tu étais un endroit de Poudlard12 ?

 La Bibliothèque
 Ta salle commune
 La galerie des portraits (pour admirer uniquement le tien)
@ Les boutiques
~ Le grenier

9) Si tu étais un Animagus ?

@ Un cafard
~ Un caniche
 Un rat
 Un paon
 Un fennec

10) Le job que tu rêvais de décrocher ?

Travailler à la Gazette parce que c’est le plus chouette boulot du monde.




Comment ça, les réponses du tests sont trop évidentes ?






Tu as plus de @ :

Tu ressembles à Vanille-Rose.

Cette jeune Gryffondor, également AI de l’Atelier, est folle et sadique. Elle se parle souvent à elle même, elle apprend à vivre avec et puis avoir un double au font de sois ne la dérange pas plus que ça. Pour ce qui est du Sadisme, Vanille ne supporte pas voir les gens heureux, trop à côté de la plaque ou même débiles c'est pour ça qu'elle ne peux s’empêcher d'être méchante avec eux. 


Tu as plus de  : 

Tu ressembles à Isabelle Rosily.

Isabelle Rosily est une élève de cinquième année à Gryffondor. Elle est très impliquée dans sa maison et en fut même longtemps la Préfète. C'est également une fille très souriante et spontanée. Elle est du style à foncer d'abord et à réfléchir ensuite, surtout en ce qui concerne les personnes qu'elle aime et dont elle est fort proche. Aimant par dessus tout sa maison, elle fera tout pour cette dernière.


Tu as plus de  :

Tu ressembles à Stan Wright.

Stan est un petit garçon affectueux qui aime faire rire ses camarades. Ou du moins, il essaye. Jeux de mots en tout genre sont le quotidien de ce Serpentard tantôt discret, tantôt extraverti, mais dont la bonne humeur est communicative. Gardien de Quidditch, il joue de sa notoriété et de son humour pour plaire aux filles. Présomptueux et vaniteux, le jeune garçon ne fait parfois pas l'unanimité.


Tu as plus de ~ :

Tu ressembles à Selene Sambre.

Atteinte de schizophrénie paranoïaque, la jeune Selene vient d’une famille riche et aimante. Ayant été le cobaye de tests douteux sur son fœtus, la jeune fille se retrouve maintenant avec les cheveux étrangement bleus. Particulièrement efficace dans les manœuvres d’esquive, elle ne possède pas de talent autre particulier. Instable, difficile à vivre, elle est capricieuse et infernale. Mais fière de sa maison.


Tu as plus de  :

Tu ressembles à Deborah Chloé Parker.

Deborah est une fille lunatique. Tantôt déjantée, elle se prend pour un rat (entièrement, de la tête aux pieds avec les habitudes de cet animal), tantôt repliée sur elle-même, elle vous fixe d'un regard noir. Une seule chose ne varie pas : sa gourmandise et la (non) qualité de son humour. Pour les banalités, allez donc voir sa pensine : d'ailleurs, elle déteste se répéter.

Rédigé par Ellana Denver, illustré par Vanille-Rose.

Partager : Partage

[Sports] Les paris sont lancés !

Durant toute sa vie, l’être humain parie sur son existence. Cela fait partie du jeu de la vie, visiblement. Réaction très intuitive, le pari nous permet de faire durer le suspense et de, l’espace d’un instant – avant de le perdre par exemple – nous donner l’illusion que, oui, nos vies sont pleines d’aventures et de danger. Même dans les moments les plus anodins de nos journées. Petits exemples frais du matin :

« Je parie que je vais encore oublier de laver les chaussettes de Faustine. »

« On parie que tu seras essoufflé avant d’avoir vu le bout du nez de Narou ? »


Parce que oui, ces deux scènes quotidiennes de nos vies sont tout sauf passionnantes. 
Mais le pari permet également de se surpasser, dans le but évident de le gagner. Autre aspect humain : un égo souvent démesuré qui ne permet pas l’idée de l’échec sans qu’elle s’ensuive d’une déception profonde, cuisante et parfois même éternelle.

Et maintenant que vous avez lu cette petite introduction sous forme de dissertation, entrons dans le vif du sujet.

Vous aussi, vous désirez rendre vos vies plus passionnantes ? Vous aussi, vous désirez changer du train-train quotidien en faisant des folies interdites ? Vous aussi vous voulez le changement, maintenant ? Vous aussi vous voulez être un "winner" ? Alors, lisez bien ce qui suit.
La Gazette a LA solution qu’il vous faut. 

Parce que nous sommes bons, doux et gentils, et que nous avons envie de faire tomber les Gallions à foison dans votre bourse, nous avons, pour cette nouvelle saison de la Coupe des 4 Maisons, décidé de remettre sur pied… Les fameux paris ! Ouverts tout d'abord par Bdragon, je reprends les commandes de ce projet en tant que ReC, en collaboration avec notre Arbitre, Mike Carill.
Suivant un nouveau système ingénieux, que vous découvrirez sous peu, bien différent du premier, il vous sera à nouveau possible de parier lors des matchs qui débuteront bientôt.
Les paris ressuscitent des Limbes afin de vous enrichir et payer vos dettes envers Casmir, vous donner un but, créer le suspense intense dans vos vies, et surtout, vous permettre de vous sentir unique, et de gagner*. 

Passez donc régulièrement dans la section Quidditch voir si cette solution miraculeuse n’est pas encore dévoilée entièrement, ce qui ne devrait pas tarder. Sachez cependant, en info exclusive, qu'il sera question d'argent, de Gallions et de flouz.

Venez nous prouver que vous êtes humains, venez parier. Et venez commenter cet article.

* L’organisation décline toute responsabilité en cas de promesses non réalisées, de perte de gain (importante ou non), désespoir, larmes, convulsions, transferts à Sainte-Magouste et autres.
Jouez avec modération. L’abus de jeu est mauvais pour la santé.

Rédigé par Ellana Denver, illustré par Coconut Dynamite.

Partager : Partage

[Sports] Sportez-vous bien !

Présentation des équipes pour la Coupe de Quidditch des maisons de septembre 2012.

Lire la suite...

Partager : Partage

[Culture] Trop niais pour être vrai

http://gazette.poudlard12.com/public/Wilde/Gazette_83/Trop_niais_pour_etre_vrai.png

Il suffit de les voir parader en uniforme, un verre d'innocent jus de citrouille à la main, pour se demander : d'où sortent ces étranges adolescents ? Votre fidèle reporter est donc allée mener l'enquête dans les couloirs de Poudlard, son assortiment de badges "SALE" et "Sauvons les trolls des avalanches" bien épinglés sur sa cravate.

Car, à Poudlard, tout le monde est concerné par le sort d'espèces qu'on ne trouve guère que dans les plus fous fanstasmes de Cannelle, ou de son homologue Hagrid. Pour preuve : au détour d'un couloir, un couple de Glouffons (intéressant croisement entre Glousseurs et Gryffons) nous confie que "l'amour entre les peuples est le seul remède à la volonté humaine de conquête (...)". Au passage, ils tentent de nous vendre un exemplaire de Museau Velu, Cœur Humain, et nous refilent un prospectus Correspondez avec un Moldu pendant 3 mois. Nous renonçons à leur expliquer qu'il n'y a que dans La marmite sauteuse que sorciers et moldus partagent autre chose qu'une rancœur tenace et faisons, en égard à notre estomac, une pause aux toilettes.

Il faut dire que, là d'où l'on vient, les adolescents ont les cheveux longs, sales, et ont décidé que la tendresse puait davantage que les matières fécales. C'est donc selon toute logique que nous nous intéressons, l’œil ému, aux activités - enfin ! - suspectes de deux jeunes hommes et d'une demoiselle, enfermés à double tour dans une cabine. Peine perdue : nous apprenons qu'ils préparent une potion. "Ah bon, c'est les Cachots ici ?" "Non, mais on n'a pas le droit de préparer ce mélange" nous avoue, tout penaud, le cousin germain d'une carotte. Un sourire carnassier naît sur nos lèvres : il existe donc, ici aussi, des rebelles ! Mais la jeune fille aux dents de lapin, qui promet donc de s'acoquiner prochainement avec le spécimen précédent, ajoute, torturée : "Vous comprenez, c'est pour dénoncer un malfaiteur"...

Le cœur peiné, nous décidons de tenter notre chance chez ceux pour qui nous pensons pouvoir espérer le salut : les Serpentards. A peine entrés dans les Cachots, nous retrouvons un semblant de foi en la jeunesse en croisant un jeune homme blond, accompagné de deux humains déguisés en rochers, dont le cholestérol est sûrement directement indexé sur la productivité des fast food voisins. Oui mais voilà, notre blondinet est pressé d'envoyer un message à sa maman : il craint d'être séparé d'elle.

Pour un peu, cette visite à Poudlard nous aurait presque déprimé. C'est au tout dernier moment que l'ampleur du génie de cette école nous apparut enfin. Nous sommes désormais en mesure d'adresser un conseil fiable à ceux qui se tuent à écrire des histoires bien nettes : tartinez un livre d'abnégation, de tolérance, plantez dans un décor rempli de bestioles hostiles un orphelin myope et maigrichon, et vous ferez oublier aux lecteurs bien-pensants que vos héroïnes, dès onze ans, enfourchent des balais, vêtues de jupes plissées moins longues que leurs chaussettes... et ce devant les yeux alertes d'une vieille fille qui se transforme en chat.

Rédigé par Deborah Chloé Parker, illustré par Wilde.

Partager : Partage

[Culture] Le Personnel pour les nuls.

Bonjour les amis, comment allez-vous ? Aujourd’hui est un grand jour, j’ai décidé d’envoyer mon premier article pour un journal que je n’apprécie guère car trop subjectif, la gazette du sorcier. En effet, les rédacteurs de cette dernière se moquent de tout et de rien, surtout de rien en fait et vous l’aurez également remarqué, les victimes de leurs moqueries sont toujours des élèves. Trop facile moi je dis. C’est pourquoi il m’est venu à l’esprit l’idée d’inverser la tendance afin de casser cette routine. Et si on se moquait du personnel pour changer ? Cette pseudo-élite de Poudlard12 (la vraie élite étant Serpentard) est loin d’être parfaite et nombreuses sont les critiques pouvant être formulées à son égard. Néanmoins, commencer par un article critique serait assez hardcore aussi vais-je vous proposer une petite classification des membres du personnel afin d’avoir une idée globale de ces derniers, le tout dans la joie et la bonne humeur bien entendu.

Sans plus tarder, voici donc les catégories proposées :

Les modèles : membres exemplaires, serviables, toujours disponibles pour les élèves et courtois en toutes circonstances.

Les chiens de garde : membres hostiles, peu aimables, discourtois, agressifs, coincés, ne jurent que par le règlement et disposent d’une alarme anti-flood qui les prévient au moindre débordement. 

Les B*a**eurs qui l’assument totalement : « Je suis un B*a**eur et je t’emmeeeeeeeerde », cette phrase résume parfaitement l’état d’esprit de ces personnes. Toujours connectés mais n’en foutent pas une, rois des recrutements d’assistants et de la B*a**ette de la main gauche.

Les B*a**eurs coriaces : Ceux qui ne font absolument rien mais qui ne lâchent pas l’affaire afin de bien enfoncer le clou et de rendre la vie dure à leurs successeurs.

Les as du ménage : Leur action se résume à nettoyer, verrouiller, refuser, interdire.

Les nerveux : La moindre question adressée à ces personnes vous vaudra un coup de gueule mémorable.

Les diplomates : Ceux qui ne perdent jamais leur sang froid et qui font toujours preuve de bon sens.

Les chieurs : toujours disponibles pour critiquer et trouver quelque chose à redire au travail des autres sans rien faire en contrepartie.

Les pragmatiques : Raison et logique sont leurs valeurs maîtresses.

Les comiques : Ceux qu’on a du mal à prendre au sérieux car manquent cruellement de crédibilité.

Les incorruptibles : Même 1000 gallions ne suffiraient pas pour les acheter.

Les nostalgiques : Vivent en permanence dans le passé, ne cessant d’énumérer leurs exploits à longueur de journée.

Les machines de guerre : De véritables petits chinois, actifs dans tous les domaines du château, inépuisables, regorgent d’idées.

Les B*a**eurs masqués : Eux n’en foutent pas une non plus mais contrairement à la première catégorie de B, ils font semblant en postant occasionnellement afin de signifier « qu’ils sont d’accord ».

Les moutons soumis : Toujours d’accord avec tout et prêts à suivre leur berger les yeux fermés. Comme tout mouton qui se respecte, ils ne proposent jamais rien.

Les beaux-parleurs : Toujours d’accord avec tout, à condition de rester spectateurs.

Les communautaristes : Ne sortent jamais de leur salle commune et ne jurent que par leur maison.

Les complexés : Prennent un malin plaisir à afficher les petits nouveaux sur la place publique.

Les gamins : Cherchent toujours à stigmatiser les autres de peur qu’ils ne soient eux-mêmes oubliés.

Les VIP : Un seul MP ne suffit pas pour les joindre, il faut au moins envoyer 10 phénix avec un plateau de macarons et une bouteille de champagne pour espérer entrer en contact avec eux.

Les tricheurs rusés : Ceux qui favorisent les élèves de leur maison en finesse et sans se faire griller.

Les tricheurs novices : A l’inverse des tricheurs rusés, eux sont en formation et arrivent encore à se faire repérer en flagrant délit.

Les floodeurs : Le seul endroit où vous pourrez les trouver est le topic à flood du personnel.

Les fantômes : Invisibles dans l’enceinte du château, on ignore où ils passent leur journée.

Les rebelles : Anti conformistes par excellence, n’hésitent pas à manifester leur désaccord haut et fort, quitte à y laisser leur grade.

Les Babacool : peace and love, la vie est belle, ils sèment la joie et la bonne humeur partout sur leur passage.

Les fous paranoïaques : Réussissent à mêler géopolitique et Poudlard12. A les voir parler du site, on jurerait qu’ils font allusion à la guerre froide.

Les criminels : Sont connus pour leur casier judiciaire bien sali par leurs mauvaises actions au sein du château par le passé ou aujourd’hui.

Les discrets : Parlent peu mais font preuve d’une efficacité incontestable.

Les scatophiles : Passionnés par le caca, répugnants, repoussants, dégoûtants.

Les talentueux : font preuve d’un certain professionnalisme dans leur travail et proposent des choses innovantes. (Comment ça, je décris les Serpentard ?)

Les infiltrés : Ceux qui sont dans le personnel pour servir une cause extérieure comme la suprématie de Serpentard partout dans le château.

Les Québécois : Membres à part entière de la mafia, veillent à ce que la dette du château soit versée à chaque fin de mois, gun en main.

Voilà, je pense que nous avons là un aperçu de toutes les catégories pouvant exister au sein du personnel. A présent je vais vous proposer un petit jeu amusant. Le principe est simple, vous devrez vous diriger vers la liste des membres du personnel et placer chacun d’eux dans la catégorie que vous jugez la plus adaptée. Le gagnant aura le droit à un petit séjour en salle du personnel. 



PS: Encore un petit jeu divertissant pour finir en beauté: B*a**eurs

Le mot ci-dessus se compose des lettres B, R, A, N, L, E, U, R, S, vous pensez avoir trouvé le mot recherché ? N'hésitez pas à envoyer un pigeon à l'adresse suivante: 15, Rue des Lilas, Abattoir de pigeons, Pré-au-Lard. Bon courage à tous, le gagnant bénéficiera d'un entretien VIP avec les illustres représentants de la B*a**ette touch au sein du personnel, pleins de conseils et d'astuces au programme et en exclusivité, le secret de la B*a**ette de la gauche !

Nul besoin de préciser que le retour de votre pigeon n'est pas garanti...

Rédigé par Optimus Prime, illustré par Wilde.

Partager : Partage

[Culture] Après la pluie le gazon est mouillé.

Après la pluie le gazon est mouillé

Chères pédouziennes, chers pédouziens, chers élèves, chers membres du personnel, chère loque Holmes… Vous n’êtes pas sans savoir que depuis toujours, les hommes (et les femmes aussi, ne soyons pas sexistes), ont inventé de nombreux dictons et proverbes, qui sont rentrés dans les mémoires collectives. Aujourd’hui, nous allons voir les expressions populaires les plus stupides, drôles et/ou originales, qu’elles soient moldues ou sorcières.

• Après la pluie, le gazon est mouillé : Expression favorite des pervers et des botanistes, elle est généralement utilisée dans les soirées trop arrosées, surtout si l’on a un caractère bien trempé. Tandis que l’eau tarie sur la banquise, l’eau croupie sur l’herbe boueuse, et pas besoin d’être né de la dernière pluie pour connaître l’expression. Comme le disait si bien le Roi Soleil en allant se promener dans ses jardins, « il pleut à verse, aïe ! »

• Noël en cabane, Pâques au Rabanne : Expression indémodable née tout d’abord en Espagne, elle s’est très vite exportée en France. Si la prédiction peut faire sourire, ses détracteurs ont les boules lorsqu’elle se réalise. On peut carêment dire qu’ils se font battre à plate couture. Certains croient que quelque chose cloche dans cette expression, c’est seulement parce qu’elle colle aux basques.

• Une seule lettre vous manque, et tout est épeuplée : Facteurs et professeurs se servent souvent de cette expression, qui passe comme une lettre à la Poste auprès des clients et des élèves. Il est vrai que l’utiliser demande beaucoup d’adresse et il ne faut pas être timbré. Autant que vous couriez quand les D sont jetés, à moins que vous ayez le M, le O, le T, le I, le V, le A et le N. Ce sont les lettres de motivation.

• Tout corps plongé dans un liquide en ressort mouillé : Si Archimède s’en retourne dans sa tombe, les baigneurs quant à eux aiment à se ressourcer avec ce genre d’expression. Sur le principe, pas de quoi rire, mais quand certains se jettent à corps perdu dans ces formulations, pour peu qu’ils se crussent assez drôles, ils s’en lavent les mains sans vague à l’âme. Dans ces moments-là, le champagne coule à flot.

• Ne remets jamais à deux mains ce que tu peux faire avec une seule : A l’origine utilisée par les garçons célibataires, l’expression s’est peu à peu exclusivement trouvée dans le domaine de la restauration. Si l’on est un Ace du service, on se paluche de prendre plusieurs assiettes à une seule main, à moins d’être trop couvert. Pour peu que le serveur s’appelle Manuel, il dirigera le service de main de maître. 

• Il ne faut pas dire « Abel, je ne boirai pas de ton Hydromel » : Expression que l’on rencontre souvent dans les bars à Couda ou à Pré-au-Lard, il vaut mieux avoir à faire à l’Abel qu’à la bête si l’on veut boire ses paroles. Si elle a également sa place lors des lunes de miel, la maxime peut tenir tête aux sangliers, voire à une chèvre pour peu qu’elle soit un bouc-émissaire. Mais faites attention à avoir la laine fraîche. 

• Il faut boire le jus de Bubobulb quand il sort des pustules : Expression utilisée pour la première fois par deux jumeaux lorsqu’ils furent oncles, ça vaut le jus de la connaitre. Elle est couramment prononcée sur les bateaux, surtout si l’on est bouton ou que l’on a un problème au bulbe rachidien, sans forcément être raciste. Mais ne dites jamais cela devant votre petite amie, surtout si vous l’avez dans la peau, ou alors prévoyez d’ores et déjà de crever l’abcès.

• L’avenir appartient à ceux qui se lavent tôt… parce qu’il reste de l’eau chaude : Expression courante depuis de nombreuses décennies, ne dites jamais que vous ne la connaissez pas, ou l’on vous passera un sacré savon. Et pour peu que ce soit un jour de chance, on pourra dire que c’est une douche écossaise. Il vaut mieux dans ces cas-là détourner la conversation en demandant si l’on peut prendre des bains de boue assis.

• Viendra un jour où la flamme deviendra Phénix : Se dit lorsqu’une batteuse de Quidditch et photographe commence à voler de ses propres ailes d’un air majestueux, prouvant ainsi sa supériorité sur les autres. Batte en main, la flamme fait des étincelles, armée de son appareil photo, elle n’a qu’un seul objectif : Montrer l’étendue de son talent. Son chant guérit tous les maux, mots qui me manquent pour décrire sa notoriété.

• Les paroles s’envolent et les aigris restent : Se dit lorsqu’un individu se croyant drôle tente en vain de faire rire les gens avec des jeux de mots tous plus blasant les uns que les autres, qui ne font marrer que quelques personnes, et surtout lui-même. Pour peu qu’il utilise ces écrits à des fins de recrutement d’un journal quelconque, il peut s’interroger sur la pertinence de ses propos. C’est pas sorcier pourtant.

Et vous, avez-vous des expressions favorites ?


Sources des expressions :
Liste de faux proverbes de Wikipédia.
- Topic "Parle pas comme ça, on dirait un moldu".

Par Stan Wright, illustré par Vanille-Rose.

Partager : Partage

[Zoologie] De l'électricité dans l'air ?

Vous le sentez, vous aussi, n’est-ce pas ? Cet air si… Si… Si électrique. Vous en cherchez la cause, comme tant d’autres, suffoquant dans leurs derniers instants de peine intense ? Et bien, en réalité, suite à une petite investigation, nous pouvons éliminer plusieurs hypothèses : 

• Non, il ne s’agit pas d’une Laflamme enflamée.
• Il n’est pas question non plus d’une dispute cuisante entre les Shawn.
• Ce n’est pas non plus une fuite de gaz suspecte.

Vous connaissez certainement l’expression : « il y a de l’électricité dans l’air. »Depuis quelques jours cependant, cette dernière semble avoir pris vie dans les couloirs de notre château. Les disputes, évidemment, font rage tous les jours. Cette fois pourtant, c’est bien différent. Une grossière erreur a été commise par certains membres (secret professionnel oblige, il n’y aura aucune divulgation de noms).

Il semblerait qu’un cruel mélange des genres ait été commis ces dernières semaines. 
En effet, maintenant cohabitent des espèces qui ne peuvent, et ne savent vivre en communauté pacifiste. Et pourtant, les précautions d’emploi devaient être suivies à la lettre, comme toujours. Une fois de plus, la négligence humaine fait régner la discorde.
Au centre des querelles, nous avons différentes espèces, très particulières. De tous temps, cependant, des créatures se sont retrouvées en conflit, des plus divers et variés. Souvent totalement absurdes et dérisoires. Je vais essayer à présent de vous dresser un schéma zoologique des conflits qui font rage en ce moment dans notre château.

• Tout d’abord, notons le conflit éternel entre le botruc et le musard, qui se disputent maintenant encore le bout d’écorce avec du lichen. Peut-être faudrait-il les changer d’enclos ?
• Ensuite, il s’agit à présent de la plante à Pipaillon et de la Mandragore qui se disputent la vedette en classe de Botanique, depuis qu’elles sont voisines. Les cris de l’un et les convulsions de l’autre deviennent assez désagréables… Les séparer ?
• Dans le genre humain cette fois, cela devient nettement plus complexe. Nous avons noté, au sein du château, des reproches qui font rage, des messes-basses et ragots dans tous les coins, où les critiques fusent.
Plus intelligents, les humains préfèrent au contraire ne rien dire, ou ne pas dire ce qu’ils pensent aux concernés. Et bien loin de se disputer avec une autre espèce cette fois, ils se disputent avant tout entre eux. Aucune solution n'est disponible à se jour.


Nous retenons, évidemment, principalement, le dernier point. Les êtres humains, qui donnent du fil à retordre à leurs propres congénères. Ce sont eux qui, souvent, plombent le plus l’air. Conflits muets, reproches fantômes, tout cela foisonne dans les endroits où s’installent ces êtres. Certains suivent la doctrine de l’hypocrisie, d’autres celle du : « Je ne vais rien dire afin de préserver intacte notre pseudo harmonie. ». Les deux s’affrontent évidemment sans relâche. Créant parfois une atmosphère… Oppressante.

Ne vaut-il pas mieux exploser, se décharge, péter un câble dans cette électrique entente et dire une bonne fois pour toute ce que l’on pense ? Non, cela gêne. Et pourtant, il en a toujours été ainsi des conflits, et il en sera toujours ainsi.
Peut-être faudrait-il prendre le taureau par les cornes ? Ou se rendre compte que l'étrange animal humain est aussi friand de querelles ?


N’oubliez pas cette célèbre maxime reptilienne, en cas de doute :


« Il y a toujours une façon plus adéquate d’exprimer son mécontentement. »


Rédigé par Ellana Denver, illustré par Mawine Evans.

Partager : Partage

[Publicités] Publicités de Septembre.


Par Vanille-Rose et Vitali Tea.

Partager : Partage

[Jeux & Concours] La rentrée de la Gazette.

Ce mois-ci, la Gazette vous propose un petit jeu pour la rentrée.
Comme vous le savez, la rentrée est synonyme de liste de fournitures et achats au Chemin de Traverse. Chaque sorcier doit donc passer par là.

Luttant dans la foule de cet endroit, vous finissez tout de même par parvenir à trouver votre liste dans votre poche. Vous la brandissez et vous voyez que vous avez besoin de :

2 plumes 


2 cornes de Licorne

1 Carte du Ciel

1 Rapeltout

1 exemplaire du Nimbus 2000


Malheureusement, dans les rayons mal rangés, le monde, vous avez du mal à trouver tout ce qu’il vous faut directement. Il va donc vous falloir chercher.

On vous annonce cependant que ce que vous recherchez se trouve perdu lors de la livraison à Poudlard12.

Fouillez dans le site et retrouvez tous les éléments de la liste. Vous m’enverrez vos trouvailles au complet par Mp (à Ellana Denver donc) avec des screens et le nom des topics, la page et le nom de la personne au message modifié, et ceci, avant le 27 septembre.
Ils sont perdus dans les bureaux et les Couloirs du château.

Les 3 premiers dont je recevrai le hibou recevront un petit cadeau.

Partager : Partage

[Feuilleton] Leçon de vie : 4ème épisode

Oui, tous un jour, nous avons rêvé d’obtenir une promotion. De gravir les échelons d’un monde complexe et étrange. La renommé, le pouvoir, l’argent, tant de chimères qui inspirent le cœur des hommes. Mais tout commence par les promotions. 
Ce mois-ci, la Gazette du Sorcier vous propose quelques stratagèmes intéressants et plus ou moins efficaces pour arriver à décrocher la vôtre.

« Si tu me prends pas, je te quitte. » : Souvent déchirante, cette annonce soudaine et brutale fait des émules. Lors de problèmes relationnels, évidemment. Ce genre de violence verbale féminine est en réalité causes d’un profond dilemme cornélien dans l’esprit de l’interlocuteur. Néanmoins, en ce qui concerne une quelconque augmentation, les réactions s’en trouvent bien différentes. Laissant souvent indifférentes, voire déclenchant l’hilarité, il faudra réellement penser à quitter votre lieu de travail par la suite. Ou à vous taire à vie. Mais cela vaut la peine d’essayer !

« Vous voulez du thé ? Du café ? » : Aaah, les lèches-bottes. Nous en connaissons tous. Insupportables comme personne, leur technique marche cependant. Parfois. Déclenchant une vague de sympathie auprès des patrons les plus idiots, ils obtiendront leur augmentation sans effort. Il leur faudra cependant une bonne dose d’énergie pour combattre leurs collègues, nettement moins enthousiastes. Mais, parfois, fleurs, café, services et sourires hypocrites mènent vers les sommets. Ou vers les Enfers, éventuellement.

« Si vous m’augmentez, je vous prête ma femme. » : Le troc. Voilà une pratique millénaire, inventée à la base par les premiers hommes. Un échange de service et de marchandise contre un autre, en toute incognito. Il s’agit cette fois d’une pratique où chaque intervenant trouverait son avantage. Attention cependant : votre femme aura plutôt intérêt à être jolie, au goût de votre supérieur pour que cela marche. Et, pourquoi pas, accessoirement, consentante ? N’oubliez pas de signer le contrat de retour de la marchandise, si vous y tenez. Sinon, c’est l’occasion de se débarrasser d’un problème. La version féminine est également disponible.

« De toutes façons, je suis la seule personne parfaite pour ce poste. » : Il y a toujours ceux qui clament, haut et fort, leur suprématie absolue. Souvent bien loin de la réalité quotidienne, ces utopistes (pour ne pas dire vantards) ont l’impression que la terre tourne autour de leur nombril. Les autres ne sont que purin et fiente de poule, alors pourquoi donc leur permettre une augmentation ? A retenir : ne clamer sa suprématie que si elle est véridique, pour des résultats positifs. Le cas contraire pourrait engendrer des effets secondaires néfastes.

« Une augmentation ? Non, je ne suis pas intéressé. » : Dernière astuce de cette Gazette, souvent utilisée également, le faux désintérêt. Technique exploitant le syndrome de la queue de vache, il faut vous trouver face à un esprit aussi tortueux que le sien pour parvenir à ses fins. En effet, sous cette phrase, ses utilisateurs expriment une approbation et une envie réelle, qui est donc bien le contraire de ce qui est dit. Dysfonctionnement du cerveau, il faudra réfléchir à contre sens ou y voir de la modestie. L’augmentation ne sera, dans ce cas, plus bien loin.

Rédigé par Ellana Denver, illustré par Isabelle Rosily

Partager : Partage

- page 1 de 2

© 2009-2016 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear