La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 1 janvier 2019

Les chiffres

http://gazette.poudlard12.com/public/Celty/159/les_chiffres.png

Voyons les chiffres des festivités de fin d'année !

28 : Le nombre de personnes présentes à la WHP du nouvel an chez Bianca Gordon. On vous laisse imaginer l'état de sa maison le lendemain des festivités !

??? : Les personnes connectées sur Poudlard12 durant les fêtes, sortez voyons !  Dommage que personne n'ait vraiment pensé à compter...  Ne nous regardez pas comme ça, on était chez Bianca !  On a une excuse !

11 : Le nombre de personnes ayant posté un message de bonne année dans la salle du personnel avant 3 heures du matin. Profitez de la fête, bordel !

15: Le nombre de conjonctivites causées par les avatars festifs de notre blinguee national.

12 : C'est le nombre d'animations pour Noël organisées par le PNJ le Père Noël et Adrian ! Sans compter que c'est douze membres du personnel et douze élèves qui ont organisé les douze animations ! 

6 : C'est le nombre de jours en retard que l'équipe de la Gazette a mis pour publier l'édition de janvier... parce qu'elle a trop bu durant les fêtes.

7 : le nombre de fois où Amy Gold a dit qu'elle voulait démissionner et qu'elle n'avait pas envie de bosser sur la Gazette avant de pleurnicher...  Motivation  !

5 : le nombre d'heures que Amy Gold a passé pour confectionner ses cadeaux.  Elle manque peut-être de motivation en ce début d'année mais rien n'est trop beau pour son équipe adorée !

Trop : La quantité d'amour répandue par les pédouziens en cette période de fêtes !
 

http://gazette.poudlard12.com/public/0Nouveaux_sceaux/Gazette.pnghttp://gazette.poudlard12.com/public/0Nouveaux_sceaux/celty.png

Partager : Partage

Il est grand temps de casser les clichés : Serpentard

http://gazette.poudlard12.com/public/Charlie/Gazette_159/Il_est_temps_de_casser_les_cliches_Serpentard.png

Je ne sais pas, comment te dire, j'aurais peur de tout foutre en l'air, de tout détruire…

C'est exactement la chanson qui tourne en boucle dans ma tête alors que j'écris cet article. De fait, ceux qui ont suivi les deux premiers articles (ou qui ont jeté un coup d'œil à la bannière) ont compris de quelle maison nous allons parler aujourd'hui… Et oui, l'heure est venue d'analyser Serpentard.

Et là je me suis retrouvée bien dans le caca. Parce que je ne savais pas quoi dire. Que dire de la maison qui forme les mages noirs depuis 1752, qui a élevé le borderline au rang de sport et la critique en religion? 

Et bien je me suis rendue compte que je n'avais la réponse à aucune de ses questions. Je ne suis pas un serpent, je ne peux pas comprend les serpents. Alors, une fois n'est pas coutume, je me suis penchée, non pas sur ce qu'une maison fait des gens mais sur ce que les gens font d'une maison... 

Parce qu'il n'y a pas qu'une seule forme de ruse, il n'y a pas qu'une seule forme de Serpentard. Alors on trouve de tout dans les sous-sols. Des beaux parleurs, des artistes, des écrivains, des petites gens et des futurs maîtres du monde. Des cobras, des crotales, des vipères qui s'entrecroisent pour former une toile d'une richesse insoupçonnée. 

Un serpent c'est un mur, une carapace. C'est un personnage public qu'il présente au monde pour mieux cacher et protéger ce qui lui tient à cœur. C'est peut être quelqu'un de méfiant, peut être quelqu'un de fragile, mais c'est une personne tout en nuances, qui par delà les couches d'écaille se révèle dans toute sa splendeur. Un véritable serpent d'or qui donne sa lumière à la maison de Salazard.

Loin d'être arrogant, d'être le sujet d'une fierté mal placée, un serpentard est avant tout pragmatique. Il sait qu'aux vues de ses origines il sera forcément l'objet des attaques, qu'il sera dans l'esprit des gens le futur mage noir, le futur crétin arrogant du ministère. Alors, plutôt que de se coucher devant les gens, il assume, il bombe le torse. Si on ne lui fait pas de cadeaux, ce n'est pas à lui d'en faire aux gens. Et puis, pourquoi respecter les conventions s'il est plus drôle de les dynamiter. C'est un épicurien, le serpentard. 

Si chez lui ambition et ruse vont de paire, ce n'est que de la logique. On ne fait pas son trou à la force de l'épée sans se faire des ennemis. Il faut alors savoir prendre des chemins détourner, louvoyer entre les obstacle pour arriver à son objectif et s'y installer. Et un serpent qui part de loin ne se contentera pas du poste de base. Il sera auror, professeur, directeur... Il sera quelqu'un qui brandira sa maison comme un étendard, un symbole de pouvoir.

Un serpent c'est quelqu'un de complexe. Une personne qui derrière une façade de ténèbres abrite un éclat de lumière. Une personne qui fait briller l'émeraude et l'argent de sa maison. C'est un être complexe, ambivalent qu'on ne peut prétendre approcher sans danger. Mais peut être qu'au fond, c'est dans l'adrénaline que nous procure son contact qu'on se rend compte de sa valeur.
 

On se retrouve le mois prochain pour le dernier portrait.

http://gazette.poudlard12.com/public/0Nouveaux_sceaux/Jade.pnghttp://gazette.poudlard12.com/public/0Nouveaux_sceaux/Charlie.png

Partager : Partage

© 2009-2016 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear