La Gazette du Sorcier - Edition Poudlard12

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 30 avril 2020

Pause !


Il y a quelques jours, je parlais avec Galahad. Au détour de la conversation, elle m’avoue que prendre le large avait été sa meilleure décisionet qu’elle ne la regrettait pas une seule seconde. Pendant ce temps, dans ma bien-aimée salle des profs, certains de ces derniers se plaignaient du nombre de devoirs. Artus a dû un jour corriger pas moins de trente devoirs. Le lendemain matin, il en avait déjà une douzaine qui l’attendaient au réveil. Même moi, humble professeur d’Étude des Runes, je reçois un devoir plusieurs fois par semaine. C’est le confinement bien entendu ; les gens s’ennuient et n’ont plus que leurs journées entières à passer sur P12. Mais c’est pourquoi, je viens vous le dire : il est temps de prendre une pause.

Alors même qu’Opale lançait le sondage sur « le future de Poudlard12 », tous les membres du site, chacun de leur côté, entraient en confinement. Alors même qu’on pensait à quoi point ça allait mal, à quel point le site perdait de son attrait et de son activité, soudainement, il s’est mis à en déborder : des nouveaux arrivants en masse et un flot de messages par jour. Même moi, humble doyen avec un personnage trop jeune, j’ai repris le rp. Et je tiens pas trop mal le rythme. Mais ce n’est pas pour ça que tout va bien. En fait, c’est même la cause de pourquoi ça va mal.

On l’a découvert petit à petit. L’effet pervers du confinement. Que notre hyperactivité soit de faire des gâteaux toute la journée, d’apprendre une nouvelle langue ou de mener vingt rpgs de front sur un forum Harry Potter, on a peur de « ne rien faire ». On a peur de lâcher prise. Peur de passer la journée sous sa couette à dessiner des bonhommes bâtons. Peur de n’être pas en train de lire un livre très édifiant, d’étendre sa culture, de se découvrir une passion. À force de répéter que le confinement est une chance pour « se retrouver avec soi-même », on stresse de ne pas être en train de la saisir. À force de répéter que le confinement est le moment idéal pour « s’accorder du temps pour ses passions », on stresse de ne pas être en train de l’utiliser. Le mois dernier, on vous trouvait des idées pour s’occuper et pour se motiver à bosser. Un mois plus tard, nous venons vous proposer un moyen de faire une pause.

Mais quel rapport avec P12me diriez-vous ? Exactement le même rapport qu’avec le reste de notre vie confinée. On était pas loin du 15 quand moi, humble rédacteur, je me suis rendu compte (avec horreur) que mes articles pour la Gazette étaient inexistants. Non pas que je ne les avais pas commencés (j’ai tendance à procrastiner un peu, beaucoup, pour être honnête) : je n’avais pas même commencé à chercher des idées. Mon reportage, le premier article sur lequel je me penche d’habitude, celui qui m’amuse le plus, n’avait pas même de thème. Et la vérité, c’était que je ne voulais pas le faire. Je me disais : « Je veux prendre une pause moi-aussi. Est-ce si mal si je n’écris rien pour ce mois-ci ? »
Je vous le dis, la réponse est non. Non, ce n’est pas mal. J’ai regardé ma vie : depuis le confinement, je n’ai pas écris une ligne de mon roman. Et vous savez ce que je faisais durant le mois avant ce confinement ? J’écrivais mon roman et un chapitre de fanfic par semaine et je faisais mes devoirs et j’allais à l’orchestre et j’organisais des animations dans le professorat. Et aujourd’hui ? Rien. Et j’ai peur et je stresse et je m’en sens mal et je culpabilise.

Prendre une pause, c’est prendre du recul. C’est se fixer des limites. En terme d’horaires par exemple : je ne me connecte plus après 21h ou pas avant d’avoir d’abord mangé et pris ma douche. En terme de quantité, aussi : je ne me connecte qu’un jour sur deux, que pour faire cette chose en particulier – et demain je ferai celle-là. Ces limites ce sont des petites pauses. On peut aussi en prendre des franches, des grosses : je ne me connecte plus pendant deux semaines. Aucune n’est meilleure que l’autre, mais aucune n’est honteuse. Toutes deux posent des limites et c’est là le plus important. Les limites redonnent du sens. Si vous ne vous connectez plus que pour répondre à un rp ou que pendant 3h, vous aurez envie d’y prendre le maximum de plaisir. Un drama ? Est-ce vraiment la peine de s’y jeter alors que vous n’avez plus que 20min sur P12 aujourd’hui et qu’on vous a proposé une magico sur le tchat ? Un mp médisant ? Est-ce vraiment la peine d’y répondre alors que vous vous apprêtez à vous déconnecter pour un jour entier ? Quand vous vous reconnecterez et que n’y aurez pas répondu, vous l’aurez déjà oublié et il ne pourra plus vous faire de mal. Un rappel parce que vous n’avez pas encore lancé une anim que vous aviez annoncée ? Si vous n’en avez plus envie, vous n’en avez plus envie et rien ne vous oblige à la faire quand même.

Mettez des limites. Prenez des pauses. Donnez du sens à votre venue sur P12. Le reste de votre journée n’en sera que meilleur.


Partager : Partage

L'horoscope de Trelawney

Partager : Partage

L'art de la procrastination


Pour la plupart, confinement est synonyme de temps libre. Beaucoup de temps libre. Si certains savent l'utiliser à bon escient, pour d'autres plus ils en ont, moins ils sont productifs. Tout est bon pour retarder le moment de bosser, étudier ou encore faire ses corvées. C'est pourquoi on vous propose une compilation de toutes ces petites choses, souvent inutiles et très chronophages, parfois inavouables, que les chroniqueurs font pour procrastiner. N'hésitez pas à nous partager vos propres activités de procrastination dans les commentaires !



Sortir se poser sur un transat sous prétexte de réfléchir à des idées avant de se remettre à être productif.ve, mais en réalité, c'est juste pour somnoler en écoutant de la musique.

Ouvrir pinterest (application du démon) et scroller en oubliant ce qu'on était censé.e faire à la base (fonctionne avec toute autre activité chronophage comme youtube ou les réseaux sociaux).

Se mettre à sa fenêtre en pleine nuit et regarder les étoiles quand on a la flemme de dormir.

Ouvrir Tik Tok dès qu'on fait une petite pause ou avant de dormir, mais finir par y rester très longtemps, surtout quand on tombe sur des vidéos de chats.

Se dire qu'on va jouer une ou deux heures pour se motiver, et au final passer le double, voir le triple de temps sur Assassin's creed, les Sims ou bien Animal Crossing.

Bricoler un arbre à chat, un distributeur de croquettes ou des jouets pour sa bestiole avec des matériaux de récupération.

Construire une forteresse avec des meubles, des coussins et des couvertures.

Faire une sieste... toute l'après-midi.

Suivre des tutoriaux DIY et être frustré.e par le résultat qui est à des années lumière de ce qui est montré dans la vidéo.

Jouer à Cookie Clicker et passer de longues minutes à cliquer sur un bouton pour la satisfaction de voir ses stats grimper, même si ça ne sert strictement à rien.

Réactualiser en boucle une page dans l'attente de nouveaux messages ou commentaires.

Stalker les membres connectés sur la Carte du maraudeur.

Se torturer psychologiquement en regardant des vidéos culinaires sur Youtube.

Réfléchir au sens de la vie.

Se dire qu'on va regarder un épisode de série et finir par dévorer toute la saison d'un coup.

Chipoter à un travail sur son ordinateur et se retrouver à passer sa journée à faire des bannières d’Astronomie.

Prendre son téléphone dans son lit pour regarder ses messages sur P12 et se retrouver à explorer des recoins dont on ne connaissait même pas l’existence.

Se servir de ses devoirs comme prétexte pour ne pas faire les autres trucs qui encombrent sa to-do list.

Regarder la liste de ses tâches et se dire « Mouais... Bof, c’est pas si urgent, je ferai ça plus tard. »

Commenter la Gazette et la partager avec tous ses amis pour ne pas travailler... Quoi ?


Partager : Partage

Rédacteurs d'un jour

Chers Moldus, depuis bientôt un mois vous voilà contraints à rester chez vous. Vous vous ennuyez et vous apprêtez (peut-être même l'êtes-vous déjà) à devenir fous en ne voyant plus que les quatre murs de votre chambre. D'autant plus lorsque la météo semble vous tirer la langue.

La Promotion Beedle le Barde vous comprend et a décidé de mettre un terme à votre enfermement en vous proposant de nouvelles activités pour le moins insolites.

Il ne vous suffit que de prendre la première et la dernière lettre de votre prénom pour obtenir une action à réaliser durant votre confinement.


Le logo d'en-tête est de Jessica Wonders. L'introduction est d'Erskine Blane. Les activités proposées sont de Jessica Wonders, Erskine Blane, Bastien Morholt, Yeji, Solenehab, Ellana Spleen, Clairet, Joplin Romney.

Partager : Partage

Publicité - L'Apothicaire


Partager : Partage

© 2009-2019 Poudlard12.com :: Propulsé par Dotclear